Les actes anti-LGBT en forte hausse en France, un climat très "préoccupant" pour les associations

L'étude du ministère de l'Intérieur, publiée jeudi à la veille de la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, et faisant état de la hausse de 13 % des atteintes envers les personnes LGBT+ en 2023 par rapport à 2022, ne fait que confirmer, selon des associations et des ONG, un climat "extrêmement préoccupant" en France.

La hausse de 13 % des infractions anti-LGBT+ enregistrées par la police et la gendarmerie en 2023, selon des chiffres publiés, jeudi 16 mai, par le ministère de l'Intérieur, illustre, aux yeux des associations, le climat "extrêmement préoccupant" qui règne en France.

Selon une étude du service statistique du ministère, 2 870 crimes ou délits (agressions, menaces, harcèlement...) contre les lesbiennes, gay, bi et trans ont été recensés l'année dernière, soit un bond de 19 % par rapport à 2022, année déjà marquée par une hausse de 13 %.

S'y ajoutent 1 690 contraventions, à 94 % des injures. Ces contraventions, qui avaient reculé de 9 % en 2022, progressent de 4 %.

"On a l'impression que les braises de la LGBTIphobie sont allumées et que le feu est prêt à prendre. 2024 est une année qui nous préoccupe particulièrement", soulignait mercredi la présidente de SOS Homophobie, Julia Torlet, en présentant le bilan annuel de l'ONG.

"On risque de se retrouver dans une situation de violences comme celle de 2012-2013" si "le gouvernement ne réagit pas", a-t-elle alerté, en faisant référence à la période tendue des débats sur le "mariage pour tous".

"Les discours haineux ne sont pas du tout combattus par les responsables politiques", fustige également Maxime Haes.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Manifestation contre la transphobie dans plusieurs villes françaises
Bloqueurs de puberté, hormones... l'accès aux soins des mineurs transgenres en question