LFAUIT: pour Quentin Ratieuville, l'humour a "sauvé [sa] vie"

·5 min de lecture

DIVERTISSEMENT - “J’ai failli mourir plus de fois que j’ai fêté d’anniversaires”, ironise Quentin Ratieuville. Âgé de 18 ans, l’humoriste se bat contre deux maladies orphelines. Il est ce mercredi 10 novembre sur la scène de La France a un incroyable talent sur M6 pour montrer que le rire est plus fort que la maladie. Avant de passer devant les jurés, il s’est confié au HuffPost, dans la vidéo à découvrir en tête de cet article.

“Avant on me dévisageait dans la rue parce qu’on me prenait pour une bête de foire, maintenant c’est parce qu’on m’a reconnu et c’est pour prendre une photo avec moi”. Quentin Ratieuville savoure comme une revanche sa nouvelle notoriété. Depuis son sketch mi-septembre au “Montreux Comedy”, visionné plus de 11 millions de fois sur Facebook, pas une journée ne passe sans qu’il soit reconnu dans la rue.

Pourtant le jeune normand revient de très loin. Il a été diagnostiqué à la naissance des syndromes de Marfan et de Loeys-Dietz. Deux maladies qui affectent ses tissus et provoquent des anomalies oculaires, osseuses et cardiaques. Il a dû subir au total 21 opérations. Des jours et des nuits passés dans les couloirs austères des hôpitaux qui lui ont forgé un mental d’acier.

“J’ai l’impression de ne pas avoir eu d’enfance parce que pour ma seconde opération du cœur à quatre ans, on m’a dit: ‘est-ce que tu veux vivre ou mourir?’”, se remémore-t-il. “Très vite j’ai été mis dans ce monde de la vie et la mort et j’ai tout de suite eu des préoccupations d’adulte”, poursuit celui qui est toujours suivi et doit encore aller à l’hôpital toutes les trois semaines environ.

Une “seconde naissance” grâce à Waly Dia

Quentin Ratieuville ne rêvait pas du tout de devenir humoriste. Son ambition était plutôt de devenir chirurgien pour sauver la vie des gens, comme on avait sauvé la sienne. Mais une rencontre inattendue avec l’humoriste Waly Dia va changer sa vie en janvier 2018. En convalescence après un AVC, il ne peut assister au spectacle de son idole de passage à Rouen au “Théâtre à l’Ouest”. Le directeur de l’établissement, Loïc Bonnet invite alors l’humoriste à rendre visite à son jeune fan à l’hôpital. “Il ne devait rester que 15 minutes et il est resté deux heures”, se souvient-il, qualifiant cette rencontre de “deuxième naissance”. “Il m’a dit que j’avais quelque chose et qu’il fallait qu’on écrive ensemble”.

De quoi motiver Quentin Ratieuville à reprendre des forces et retrouver l’usage de ses deux jambes, lui qui fut un temps en fauteuil roulant. Avec l’accord de ses parents, il décide alors d’arrêter les cours en classe de première pour se consacrer à l’humour et écrit ses premiers textes, encadré avec beaucoup de bienveillance par Waly Dia, son “grand-frère”.

Après une première scène lors d’un tremplin d’humour à Rouen, il se retrouve à faire les premières parties de son idole. Ses textes sont directement inspirés de son quotidien et jouent la carte de l’autodérision. Comme lorsqu’il se moque de son poids plume, qui le pousse à regarder la météo “pour savoir où il ira demain”, ou son régime alimentaire “plus ennuyeux que celui d’un végan”.

“C’était un mélange d’euphorie et de stress mais une fois que je suis arrivé sur scène j’ai donné toute ma vie, toute mon énergie”, explique-t-il, à propos de sa première date avec Waly Dia à Nantes. “En descendant de scène je suis tombé dans les bras de ma mère et je lui ai dit :‘c’est ça que je veux faire de ma vie’”.

“J’ai découvert que la vie ça n’était pas que se battre”

Quentin Ratieuville a depuis multiplié les expériences sur scènes, en réalisant les premières parties de grands noms du one man show comme Manu Payet ou Kev Adams. Il a aussi enregistré un sketch avec Guillaume Bats et Jérémy Ferrari qui sera prochainement diffusé dans “Les duos impossibles de Jérémy Ferrari” sur C8.

“L’humour ça m’a sauvé la vie en fait”, analyse-t-il. “Gamin, je n’avais pas tellement d’objectifs et j’en avais marre de la vie. Mon quotidien c’était souffrir, me faire opérer, resouffrir, me refaire opérer... Et pour un enfant ça n’est pas une vie. Quand je me suis mis à l’humour ça m’a mis un coup de boost. J’ai enfin trouvé quelque chose qui me motive et me rend heureux. J’ai découvert que la vie ça n’était pas que se battre en fin de compte.”

Pas plus d’une date toutes les deux semaines

La nouvelle vie de Quentin Ratieuville exige toute de même certaines adaptations pour des raisons médicales. Le jeune humoriste n’a qu’un seul poumon fonctionnel, le contraignant à travailler ses textes à la virgule près pour lui permettre de mieux respirer sur scène.

“Je suis obligé d’adapter mon jeu et mon texte à ma condition physique. Je dois calibrer mes respirations en fonction des virgules et des points encore plus que les autres. Et il y a aussi le côté physique car tenir une heure sur scène c’est compliqué pour moi et j’ai dû intégrer une séquence assise dans mon spectacle car je ne pouvais pas tenir.”

À la fin de chaque représentation, son producteur ou un membre de sa famille l’attend au pied de la scène avec une machine respiratoire pour lui permettre de retrouver son souffle. Les représentations sont éprouvantes par le jeune humoriste, raison pour laquelle il se limite à une date toutes les deux semaines afin de pouvoir récupérer et se reposer.

Face à Marianne James, Hélène Ségara, Sugar Sammy, Eric Antoine et Karine Le Marchand, le Normand tentera de raconter son histoire. Celle d’un gamin qui a réussi à dépasser les différences.

À voir également sur Le HuffPost: Validé, saison 2: Chilla réagit au personnage de Lalpha, rappeuse hardcore dans un univers masculin

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles