Leyla Bouzid : « Je voulais remettre de la diversité dans la diversité française »

·1 min de lecture
Zbeida Belhajamor et Sami Outalbali. 
Zbeida Belhajamor et Sami Outalbali.

La voix est frêle, le regard timide. Le corps, noyé sous un pull banal, peine à se déraidir. Ahmed, 18 ans, commence son premier jour à la Sorbonne. Il croise le regard de la magnétique Farah ? interprétée par l?actrice tunisienne Zbeida Belhajamor ? une fougueuse cascade de boucles recouvrant ses épaules. Lui est français né de parents algériens, et habite à la périphérie de Paris. Elle est tunisienne et vient fraîchement d?arriver dans la capitale. Ensemble, ils découvriront les textes de la littérature courtisane arabe du XXIIe siècle, à mesure que leur désir l?un pour l?autre grandira. Leyla Bouzib livre son deuxième long-métrage, Une histoire d?amour et de désir, acclamé à Cannes et doublement récompensé au Festival du film francophone d?Angoulême (prix du meilleur film et prix d?interprétation pour l?excellent Sami Outalbali qui joue le rôle d?Ahmed). Au moyen de plans rapprochés sur les personnages, d?une lumière ocre et diffuse et d?incursions subtiles d?iconographies oniriques et érotiques, la réalisatrice construit un langage charnel empli de grâce. Et filme avec une justesse rare le cheminement identitaire et sentimental d?un jeune homme en prise avec des résistances intérieures. Entretien.

Le Point Afrique :Vous vous placez du point de vue d?Ahmed pour filmer son apprentissage du désir. Un personnage tout en retenue et sensibilité que l?on n?a pas l?habitude de voir à l?écran. Qu?aviez-vous envie de montrer de la masculinité arabe ?

Leyla Bouzid [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles