L'extraction du béluga égaré dans la Seine s'annonce «hors du commun»

/AP/SIPA

L'extraction du béluga, égaré dans la Seine depuis une semaine et dont l'état de santé semblait stable mardi, s'annonce comme une opération "hors du commun", a indiqué à l'AFP une membre de l'équipe du Marineland d'Antibes, arrivée lundi soir sur place.

L'extraction du béluga, égaré dans la Seine depuis une semaine et dont l'état de santé semblait stable mardi, s'annonce comme une opération "hors du commun", a indiqué à l'AFP une membre de l'équipe du Marineland d'Antibes (Alpes Maritimes), arrivée lundi soir sur place. Les nouvelles de l'animal "sont correctes" mardi matin , a indiqué Isabelle Brasseur, l'une des membres de l'équipe. Le scénario de l'opération d'extraction est au point: "on a ce matin quelque chose qui tient la route. On va exposer ce plan aux personnes qui vont nous aider et on va l'affiner" lors de ces échanges, a-t-elle dit.

En vidéo : le béluga égaré dans la Seine

Une réunion sur le sujet est prévue en fin de matinée avec la préfecture, a indiqué à l'AFP une autre source ayant requis l'anonymat. Sollicitée par l'AFP, la préfecture n'avait pas répondu dans l'immédiat. Dans le cas présent, "ce qui est hors du commun, c'est le lieu", a-t-elle relevé. Les berges de la Seine "ne sont pas accessibles aux véhicules" à cet endroit et "tout doit être transporté à la main". Le béluga sera transporté par route vers un lieu non précisé. Pour la spécialiste, "la priorité est de le remettre dans l'eau de mer".

"Il peut y avoir des dégradations internes qui ne se voient pas"

L'animal serait déposé pour quelques jours dans un sas à eau de mer, le temps d'être soigné, avant d'être emmené au large pour y être relâché. "Dans tous les cas, il faut le sortir de là (...) Il faut essayer de comprendre ce qu'il a", a dit Mme Brasseur, à propos de l'animal, actuellement retenu dans une écluse sur la Seine à Saint-Pierre-La-Garenne (Eure). "Il peut y avoir des dégradations internes qui ne se voient pas", bien qu'il s'agisse de cétacés "extrêmement résistants", a-t-elle(...)


Lire la suite sur Paris Match