L'exposition "Au pays des fleuves d'or" ouvre les portes du Tadjikistan

·2 min de lecture

A Paris, le Musée national des arts asiatiques-Guimet présente la première collection consacrée en Occident au Tadjikistan et à ses richesses.

"Au cœur de l’Asie centrale, le Tadjikistan est le pays de l’entremêlement", explique Valérie Zaleski, commissaire de l’exposition "Tadjikistan, Au Pays des Fleuves d’Or" présentée au Musée national des Arts asiatiques - Guimet, à Paris. Cerné au nord et au sud par deux fleuves aurifères, l’Amou-darya (l'antique Oxus), et le Zeravchan ("le dispensateur d'or"), ce toit du monde hérissé de massifs montagneux aux sommets culminant à plus de 6000 mètres aura vu se côtoyer des cultures identiques à celles de ses célèbres voisins que sont l’Afghanistan et l’Ouzbékistan. D’où l’impression de creuset d’influences partagées ressentie tout au long de la visite. Un entremêlement dans la diversité historique et culturelle de cette jeune République née de l’éclatement de l’Union soviétique en 1991 que les organisateurs ont voulu rendre intelligible.

Une première présentation hors du Tadjikistan pour plusieurs des objets exposés

Dès l’entrée, de grandes cartes murales et des chronologies servent ainsi de fil conducteur au visiteur, qui pourrait se sentir quelque peu perdu devant une telle profusion de périodes et de sites archéologiques. Peu connus du public, ces derniers constituent pourtant l’intérêt majeur de cette exposition. C’est la première fois en effet que certains objets provenant de ces sites sont présentés en dehors du Tadjikistan.

Torse de figure princière datant de la seconde moitié du VIIe siècle, conservée au Musée national du Tadjikistan. Crédits: Thierry Ollivier pour le MNAAG

Situé au cœur des réseaux d’échanges entre le monde des steppes, le sous-continent indien et les oasis de l’ouest de la Chine, cette exposition passionnera ceux qui s’intéressent aux "Routes de la Soie" - qui étaient aussi celles des minéraux, des épices et du coton -, en croisant les voies de passage et de conquête empruntées par les Séleucides, Alexandre le Grand ou encore les Achéménides.

Le "Trésor de l’Oxus"

De ces terres montagneuses, lieux d’épanouissement du bouddhisme et du zoro[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles