L'explosion d'une météorite a secoué l'Antarctique il y a 430.000 ans

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Dans l’est de l’Antarctique, il est une chaîne de montagnes baptisée Sør Rondane. Et c’est sur l’un de ses sommets, le Walnutfjellet, que des chercheurs de l’université du Kent (Royaume-Uni) ont mis la main sur des « particules extraterrestres ». Des sphérules de matière fondue et vaporisée formées par l’explosion à basse altitude d’une météorite d’au moins 100 mètres de diamètre qui serait passée au-dessus de la région il y a 430.000 ans.

Les travaux menés par les chercheurs suggèrent un événement beaucoup plus marquant que ceux de Toungouska (Russie, 1908) et de Tcheliabinsk (Russie, 2013). Mais insuffisant tout de même pour laisser derrière lui la trace d’un cratère au sol. D’où la difficulté pour les chercheurs d’identifier et de caractériser de tels événements.

Ici, la trace de la météorite qui a explosé au-dessus de la ville de Tcheliabinsk (Russie) en 2013. Celle dont parlent les chercheurs de l’université du Kent (Royaume-Uni) était beaucoup plus importante. © Uragan. TT, Wikipedia, CC by-SA 3.0
Ici, la trace de la météorite qui a explosé au-dessus de la ville de Tcheliabinsk (Russie) en 2013. Celle dont parlent les chercheurs de l’université du Kent (Royaume-Uni) était beaucoup plus importante. © Uragan. TT, Wikipedia, CC by-SA 3.0

Évaluer le risque pour nos sociétés

Cette étude souligne ainsi l’importance de réévaluer la menace portée par les objets de taille moyenne. Car il est probable que ce type d’événements se produisent plus souvent qu’on le pense. Les chercheurs recommandent ainsi que des travaux soient lancés pour identifier des événements similaires qui se seraient produits par le passé du côté des sous-sols océaniques notamment. La calotte antarctique ne représentant, elle, que 9 % de la surface de la Terre.

Les chercheurs de l’université du Kent rappellent que si un événement météoritique comme celui qu’ils ont identifié du côté de l’est de l’Antarctique devait se produire au-dessus d’une zone densément peuplée, il pourrait provoquer de graves dommages matériels. Et surtout, des millions de victimes. Jusqu’à des centaines de kilomètres à la ronde.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura