L'exploitation du gaz naturel, source d'enjeux énergétiques et économiques pour le Sénégal

Les acteurs étatiques et privés du secteur de l’énergie se sont retrouvés jeudi 1er septembre à Diamniadio autour du thème « l’avenir du gaz naturel » lors de la deuxième édition du sommet sous-régional MSGBC Pétrole, Gaz et énergie - qui regroupe la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Un bassin énergétique en pleine croissance, notamment avec la découverte du gisement gazier entre le Sénégal et la Mauritanie dont les premières tonnes devraient être exploitées fin 2023.

Avec notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier

Pour le moment, il est clair que les 2,5 millions de tonnes annuelles de gaz prévue fin 2023 sont principalement destinées à l’exportation, sous forme de gaz naturel liquéfié.

Si ces marchés étrangers sont essentiels pour faire entrer des devises, le président Macky Sall a tout de même insisté sur l’importance qu’une portion – même faible – soit destinée au marché local pour le « gas to power », c’est-à-dire pour que ce gaz soit utilisé afin de produire de l’électricité localement.

Plus de gaz pour les besoins du pays dans un deuxième temps

Sur le gisement de la Grande Tortue qui se situe à la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, il est déjà prévu que « chaque pays aura l’équivalent de 250 mégawatts d’électricité », selon le chef de l’État sénégalais.

A lire aussi : Entre exportations et consommation locale, comment le Sénégal compte utiliser son gaz


Lire la suite sur RFI