De l'exception à la norme, certaines entreprises adoptent totalement le télétravail

·1 min de lecture

L'expérience du télétravail divise les patrons, entre ceux qui voudraient y mettre fin au plus vite et ceux qui appellent à sa démocratisation même la crise sanitaire. Mardi, une ultime réunion entre les partenaires sociaux est prévue pour discuter des règles et des droits en lien avec le télétravail. Mais certaines entreprises négocient déjà des accords en interne pour l'instaurer deux ou trois jours par semaine.

>> A LIRE AUSSILe télétravail recommandé par le gouvernement : les entreprises jouent-elles le jeu ?

Au sein de la société de services ADP, qui édite trois millions de bulletins de paye chaque mois en France, aucun des 2.300 salariés n'a remis les pieds au bureau depuis six mois. Le télétravail à 100% reste la règle pour encore plusieurs mois au moins, jusqu'à ce que la menace du Covid-19 s'atténue. "Ma vie de salarié n'a pas été tant perturbée que ça", affirme Charlie, salarié d’ADP, poursuivant : "Même si rien ne remplace les véritables rencontres physiques, je pense que l'on peut quand même maintenir une relation de confiance avec nos collègues, y compris en télétravail".

Retour au bureau en effectifs réduits

D’autres entreprises, qui ont fait du télétravail la règle, offrent tout de même la possibilité aux "accros" du travail au bureau de revenir de façon contingentée. Chez Microsoft-France par exemple, les volontaires doivent s'inscrire au préalable, la jauge étant limitée à 150 personnes sur site sur un effectif de 1.800 salariés. Le même système est ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles