"L'excellente réputation du Pfizer lui fait de l'ombre" : un vaccin Moderna boudé par les patients ?

·1 min de lecture

Au vaccinodrome de Saint-Denis, les réservations pour se faire vacciner dessinent une tendance claire : le Pfizer est plébiscité au détriment du Moderna. Pourtant, les deux vaccins reposent sur une même technologie et leur efficacité est similaire, autour de 94 % contre les formes symptomatiques de la maladie. Explications.

On comprendra volontiers que les incertitudes autour du vaccin AstraZeneca aient ébranlé la confiance de la population. Mais, en regardant les réservations pour le nouveau vaccinodrome de Saint-Denis, nos confrères du Parisien ont remarqué une autre différence surprenante : les patients se jettent sur le vaccin Pfizer mais délaissent le Moderna. Alors que, sur Doctolib, il est désormais impossible de prendre rendez-vous pour recevoir le vaccin Pfizer avant la semaine prochaine, il y a encore de nombreux créneaux disponibles tout au long de la semaine pour recevoir sa dose de Moderna.Pourquoi un tel désamour, alors que les deux vaccins sont fort semblables ? Les remontées de pharmacovigilance sont en effet comparables pour les deux vaccins, tout comme leur efficacité contre les formes symptomatiques du Covid – 94 % pour Moderna contre 94,5 % pour Pfizer. D’un point de vue médical, tous deux reposent sur la même innovation récente, l’ARN Messager, qui consiste à pousser les cellules du patient à fabriquer par elles-mêmes les fragments d’agent infectieux qui vont stimuler la réponse immunitaire développant les anticorps.Les théories vont bon train...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République