L'ex-Premier ministre Edouard Philippe égrène les indices sur son avenir politique

·1 min de lecture

"Etre aux manettes, en responsabilité".Edouard Philippe, prédécesseur de Jean Castex au poste de Premier ministre, publie avec le député européen Gilles Boyer Impressions et lignes claires, aux éditions Jean-Claude Lattès. Et a donné à cette occasion une longue interview au journal le Point. A l'heure où il est encore considéré comme l'une des personnalités politiques françaises les plus populaires, l'ex-Premier ministre dit ne pas avoir l'oeil collé aux sondages. Il ironise d'ailleurs en se qualifiant d'homme politique "le moins impopulaire". "Ni la popularité ni l'impopularité [...] ne doivent guider l'action", explique-t-il. "Ce qui compte, ce sont les idées, les principes, et je veux me battre pour ceux auxquels je tiens." Mais à la question de savoir comment il compte les défendre, Edouard Philippe répond un simple "vous verrez". Tout juste admettra-t-il aimer "être aux manettes, en responsabilité".

Lire aussi - INFO JDD. Le dîner secret entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe

Quelques commentaires sur la présidentielle qui se profile. "Je n'ai pas renoncé à la vie politique", clame-t-il. Mais à l'évocation d'un possible second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022, il refuse de commenter les sondages, assurant qu'il se consacre pleinement à sa ville du Havre. Il affirme néanmoins qu'il ne faut pas écarter la possibilité d'une victoire de Le Pen, adressant au passage un petit pic à la présidente du Rassemblement national, "héritière&...


Lire la suite sur LeJDD