Publicité

L'ex-patron des Grammy Awards, Neil Portnow, accusé de viol par une musicienne

Gabriel Bouys - AFP

Une musicienne a déposé plainte mercredi contre l'ancien patron de l'organisation en charge des Grammy Awards, Neil Portnow, en l'accusant de l'avoir droguée et violée dans une chambre d'hôtel de New York en 2018.

Selon la plainte, obtenue par le New York Times, la plaignante a commencé à "se sentir vaseuse" après avoir bu un verre de vin offert par Neil Portnow. Elle a ensuite perdu connaissance et s'est réveillée plusieurs fois pendant la nuit, en sentant que le dirigeant l'agressait sexuellement, notamment en tentant de la pénétrer "de force".

La plaignante, dont l'anonymat reste préservé, accuse également la Recording Academy - l'association américaine de l'industrie du disque, qui organise notamment les Grammy Awards - de négligence.

Selon elle, l'organisation a ignoré son témoignage lorsqu'elle a dénoncé ce viol auprès de responsables.

Déclarations sexistes

Cette plainte renvoie l'organisation aux dernières années tumultueuses qui ont écorné son image. Après 17 ans passés à la tête de l'Académie, Neil Portnow avait été remercié en 2019 après des déclarations jugées sexistes.

Mais en 2020, sa remplaçante Deborah Dugan, elle-même débarquée après quelques mois seulement en tant que patronne, avait pointé de nombreux dysfonctionnements au sein de l'organisation et accusé son prédécesseur d'avoir violé une musicienne - la même qui a déposé plainte, selon le New York Times. Selon elle, il s'agissait de la "raison réelle pour laquelle son contrat n'avait pas été renouvelé".

La musicienne en question avait jusqu'ici gardé le silence et Neil Portnow a toujours démenti ces allégations. Un de ses représentants a nié les nouvelles accusations détaillées auprès du quotidien américain.

Elles sont "le produit de l'imagination de la plaignante" et sont "sans aucun doute motivées par le refus de Neil Portnow d'accéder aux demandes scandaleuses de la plaignante pour de l'argent et de l'aide dans l'obtention d'un visa de résidence (aux Etats-Unis) pour elle", a-t-il réagi dans un communiqué.

Contactée par l'AFP, la Recording Academy s'est de son côté dite prête à "défendre vigoureusement l'Académie dans cette procédure". "Nous continuons de penser que les plaintes sont sans fondement", a-t-elle ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com