L'ex-chancelière allemande Angela Merkel se justifie sur sa politique russe

L'invasion de l'Ukraine par la Russie contraint l'Europe à des revirements subits. Cela vaut surtout en Allemagne, qui doit revoir sa politique énergétique et militaire très rapidement. Les débats y sont aussi nombreux sur les erreurs qui ont pu être faites dans le passé dans les relations avec la Russie de Vladimir Poutine.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

La chancelière Merkel, qui a gouverné l'Allemagne durant seize ans jusqu'à l'automne dernier, n'est pas épargnée par ces discussions. Sa première prise de parole depuis l'élection de son successeur Olaf Scholz était très attendue.

« Je n’ai pas à m’excuser », a-t-elle déclaré. Pour sa première interview depuis son départ du pouvoir il y a six mois, Angela Merkel a longuement évoqué l’invasion de l’Ukraine et la politique russe qu’elle a menée durant seize ans. La responsabilité des sociaux-démocrates, à commencer par celle de l’ancien chancelier Gerhard Schröder, suscite des débats. Celle d’Angela Merkel également. L’ex-cheffe du gouvernement a estimé ne s’être jamais fait d’illusion sur Vladimir Poutine. L’ancienne chancelière a défendu son refus d’une adhésion de l’Ukraine à l’Otan en 2008 : « Le pays n’était pas ancré dans la démocratie, Poutine en aurait tiré prétexte pour une agression. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles