Lewis Hamilton manifeste contre le racisme à Londres (PHOTOS)

Alors que le début de la saison de Formule 1 se dessine, le premier Grand Prix est prévu pour le 5 juillet en Autriche, Lewis Hamilton est sur d’autres fronts plus sociétaux que sportifs. Alors, tout d’abord le pilote britannique s’est étonné du peu de réactions émanant du monde de la F1, après le décès lors de son interpellation de George Floyd à Minneapolis (USA) le 25 mai. Lewis qui se montre d’habitude calme et posé a tenu à montrer sa colère en appelant à la destruction de statues de personnages célèbres historiquement impliqués dans l’esclavage.

Il n'y a pas que le racisme

Quelques jours plus tard, le sextuple champion du monde de la discipline, a publié sur son compte Instagram un message dénonçant la tauromachie encore populaire dans certains pays et notamment en Espagne. Accompagné d’une photo d’un taureau agonisant, le pilote Mercedes a écrit : “Espagne, c’est vraiment répugnant. Vos enfants apprennent à torturer et tuer des taureaux à partir de 14 ans dans les écoles taurines. Nous demandons au ministère de l’Éducation de fermer immédiatement ces écoles“. La star anglaise a invité ses fans à signer la pétition de l’association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) sur le sujet.

En soutien de #BlackLivesMatter

Enfin, ce dimanche 21 juin, celui qui détient le record de pole positions en F1 (88), a tenu à apporter son soutien au mouvement antiraciste “Black Lives Matter“ (les vies noires comptent). Le Champion a donc rejoint les manifestants dans les rues de Londres.

Retrouvez cet article sur Télé-Loisirs

Lucifer (Netflix) : date, acteurs, intrigues… Tout savoir sur la saison 5
Ultimate Tennis Showdown : l'énorme craquage de Benoît Paire au tournoi de Patrick Mouratoglou (VIDEO)
Lucifer (saison 5 sur Netflix) : la date de sortie dévoilée avec une bande-annonce sulfureuse (VIDEO)
Anouchka Delon "wonder maman" : son chéri Julien Dereims dévoile un cliché intime d'elle avec leur bébé
Jarry, très en colère, pousse un coup de gueule après la Fête de la musique : "Le gouvernement autorise cela..."