Levothyrox, l'ahurissante confusion des chiffres

Libération.fr
Près d'un million de patients auraient arrêté de prendre la nouvelle formule du Levothyrox, selon les chiffres de l’association Vivre sans thyroïde, publiés le 7 mars.

Une querelle de chiffres entre le labo Merck, l'Agence du médicament et l'association Vivre sans thyroïde, montre que rien n'est encore clair ni réglé dans l'affaire du changement de formule du médicament pour la thyroïde.

A l’heure où l’on pointe l’importance des données de santé, voilà que nous sommes incapables, aujourd’hui, de dire précisément combien de patients ont arrêté de prendre le nouveau Levothyrox, cette molécule qui permet de modifier votre taux de thyroïde. Cette information serait pourtant bien utile car indirectement, cela donnerait une indication sur le nombre de personnes qui ne supportaient pas cette nouvelle formule.

Cette incapacité est, au minimum, déroutante. D’autant que cette affaire dure maintenant depuis un an et que l’on pouvait espérer que les erreurs passées auraient été digérées. Au départ, on avait en effet assisté à une légèreté étonnante des autorités sanitaires. Puis à une volonté de leur part de minimiser les développements. Aujourd’hui, rien n’a changé. C’est donc le même brouhaha qui prévaut, cette fois autour d’une question élémentaire : maintenant qu’il y a plusieurs possibilités pour les quelque trois millions d’utilisateurs de ce médicament, quelle est la répartition ? Et en particulier, combien de patients ont quitté la nouvelle formule ?

A lire aussiLevothyrox : l’affaire se tasse mais des questions demeurent

Le 7 mars, l’association Vivre sans thyroïde a publié «son» chiffre sur le nombre de patients qui se seraient détournés du Levothyrox nouvelle formule : c’est près du million de patients. «Nous sommes très intéressés par le fait de partager et confronter les différentes méthodes de calcul avec l’ANSM et avec le laboratoire Merck», a expliqué, sans cachotterie, l’association. L’ANSM (agence nationale de sécurité des médicaments), qui a pris l’habitude de communiquer à contre-courant sur le sujet, a répondu vivement à Vivre sans thyroïde. En évoquant plutôt 500 000 patients, soit la moitié. Selon le (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Congrès du FN: «médiocre ripolinage» pour les députés PS
Mayotte sous tension
Mayotte: «un cri de colère légitime», selon Marine Le Pen
Réforme des institutions: Chassaigne (PCF) appelle au référendum
Voies sur berges à Paris: Hulot invite Hidalgo et Pécresse à discuter