Levée de la garde à vue de Jean-Christophe Lagarde pour "détention d'armes"

·1 min de lecture

La garde à vue du président de l'UDI et député de la Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde, interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi pour "détention d'arme", a été levée et l'enquête se poursuit, a indiqué jeudi soir le parquet de Bobigny, qui a précisé que l'enquête se poursuivait. Jean-Christophe Lagarde était entendu depuis jeudi 5 heures par les enquêteurs de la police judiciaire du département pour s'expliquer sur la présence de plusieurs armes à son domicile à Drancy.

La police prévenue par la famille

Selon les premiers éléments, les policiers sont intervenus à son domicile dans la nuit. "Ce qui se dessine, c'est un différend familial sans gravité", a déclaré Me Yvon Goutal, l'avocat de Jean-Christophe Lagarde. Une source proche du député a précisé que sa famille avait prévenu la police pour le protéger de lui-même, sans autre détail. Il n'y a eu "absolument aucune violence d'aucune sorte, simplement les services de police ont peut-être pris peur en trouvant au domicile des armes qui sont régulièrement détenues dans le cadre de la pratique du tir sportif", a ajouté Me Goutal, indiquant n'avoir eu connaissance "d'aucune rumeur de violence, ni d'armes illicites".

"Les armes sont déclarées", selon le porte-parole de l'UDI

"C'est une affaire d'ordre totalement privé", a de son côté insisté Pascal Brindeau, député UDI et porte-parole du parti. "Les armes sont déclarées, ce sont des carabines de catégorie B car Jean-Christophe Lagarde est membre d'un club sportif. Il n'...


Lire la suite sur Europe1