L'Europe s'appuie sur la Moldavie pour éviter un trafic d'armes lié à la guerre en Ukraine

L'Union européenne renforce sa coopération avec la Moldavie. Objectif : aider à contrôler sa frontière avec l'Ukraine et prévenir le risque de trafic d'armes en provenance de ce pays en guerre. L’UE s’inquiète de voir détourné le matériel militaire fourni par les Occidentaux.

L'UE veut éviter que ne se répète le scénario des guerres en ex-Yougoslavie, lorsque, à la fin des années 1990, des milliers d’armes provenant de pillages de dépôts et d’équipements des pays des Balkans, se sont retrouvées entre les mains de groupes criminels ou terroristes dans les pays d’Europe occidentale.

« Nous savons combien d'armes il y a en Ukraine et bien sûr, toutes ne sont pas toujours entre de bonnes mains », a expliqué la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson au cours d’une réunion des ministres européens de l’Intérieur avec leurs homologues moldave et ukrainien à Prague.

Des cinq pays d’Europe qui entourent la Moldavie, si l’on exclut la Russie et la Biélorussie, le plus vulnérable est la Moldavie, seul État frontalier non-membre de l’UE. Et si Chisinau a récemment reçu le statut de candidat, le travail à accomplir pour lutter contre la corruption et les trafics en tout genre est encore important.

Une structure de soutien pour la sécurité intérieure et la gestion des frontières en Moldavie va donc être mise en place, permettant l’échange d'informations et de coopération policière sur le terrain. Elle implique les États membres de l'UE, la Moldavie et l'Ukraine, ainsi que les agences Europol et Frontex.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles