L'Europe dans le rouge, léger rebond attendu à Wall Street

par Laetitia Volga
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN BAISSE À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en petite hausse vendredi à l'ouverture après l'accès de faiblesse subi la veille face la possibilité d'une réforme fiscale aux Etats-Unis, une perspective qui pèse désormais sur les Bourses européennes à la mi-séance.

Les contrats à terme sur les indices de la Bourse de New York signalent une ouverture en hausse de 0,2% après un recul d'environ 0,9% jeudi, des sources ayant indiqué que Joe Biden allait proposer un projet de hausse de l'impôt sur la fortune afin de financer des investissements pour des services à l'enfance et des congés payés pour les salariés.

Certains analystes émettent toutefois des réserves sur l'adoption d'un tel projet par le Congrès.

"Les actions seraient probablement beaucoup plus basses si les investisseurs étaient vraiment inquiets et je pense que les marchés seraient en mesure de surmonter un tel repli si le projet parvenait à passer au Sénat, ce dont je doute", a déclaré Neil Wilson chez Markets.com.

À Paris, le CAC 40 perd 0,24% à 6.252,4 points vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,34% et à Londres, le FTSE abandonne 0,47%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,42%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,34% et le Stoxx 600 de 0,38%.

La publication des indices PMI "flash" a montré que la reprise de l'activité du secteur privé de la zone euro avait été beaucoup plus forte que prévu en avril, les services ayant fait un retour surprise en zone de croissance. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Dans les échanges en avant-Bourse, Intel recule de 2,8% après la publication d'un objectif de bénéfice pour le trimestre en cours inférieur ux attentes.

A l'inverse, Snap, propriétaire du réseau social Snapchat, gagne 5,5% grâce à un chiffre d'affaires et à un nombre de nouveaux utilisateurs meilleurs que prévu.

VALEURS EN EUROPE

Dans l'actualité des entreprises en Europe, Vivendi est en hausse de 3,04%, en tête du CAC 40, après avoir annoncé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes, porté par les performances d'Universal Music Group (UMG) et de sa filiale d'édition.

EDF recule de 2,17% en réaction à l'abandon du nom "Hercule" donné au projet contesté de réorganisation de ses activités.

Dans le reste de l'Europe, Daimler avance de 1,27% après avoir relevé sa prévision de bénéfice annuel tandis que Moncler chute de 7,4% après avoir publié une croissance des ventes au premier trimestre jugée insuffisante par les analystes.

Tod's, le groupe de luxe italien, en proie à des difficultés, grimpe de 10,54% après avoir annoncé que le leader mondial du secteur, LVMH, allait augmenter sa participation au capital, une opération que des sources ont décrite comme un "soutien amical".

CHANGES

Sur le marché des changes, le dollar recule face à un panier de référence et l'euro remonte autour de 1,205 dollar.

La livre sterling regagne 0,3% face au dollar après les chiffres meilleurs qu'attendu des ventes au détail en Grande-Bretagne (+5,4% en mars, +1,5% pour le consensus) avant même la levée partielle des restrictions liées au coronavirus, ce qui laisse penser qu'une reprise économique est en cours.

Le bitcoin recule sous 50.000 dollars pour la première fois depuis début mars avec la crainte qu'un éventuel projet américain d'augmenter les impôts sur le capital ne freine les investissements dans les actifs numériques.

TAUX

Le rendement des emprunts d'Etat allemand à dix ans est en légère baisse à -0,27%. Son équivalent américain varie peu, à 1,5489%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en hausse grâce aux espoirs de voir la demande se redresser mais la progression est limitée par l'évolution sanitaire en Inde, qui a fait état vendredi d'un record de nouveaux cas quotidiens de contamination par le coronavirus.

Le baril de Brent gagne 0,34% à 65,62 dollars et le brut léger américain prend 0,59% à 61,79 dollars.

(édité par Patrick Vignal)