L'Europe recule avant la Fed, Bayer pèse sur le Dax

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en légère baisse mercredi dans la matinée, l'approche des décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine incitant les investisseurs à la prudence alors que les craintes sur le commerce refont surface.


À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,11% à 5.420,13 points vers 9h40 GMT. À Francfort, le Dax recule de façon plus marquée (-1,05%), pénalisé par la chute de Bayer. A Londres, le FTSE cède 0,06%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,55%, le FTSEurofirst 300 de 0,42% et le Stoxx 600 de 0,35%.

La Réserve fédérale américaine annoncera sa décision de politique monétaire à 18h00 GMT et devrait sans surprise continuer de se montrer "patiente" en matière de relèvement de ses taux d'intérêt.

Lors de sa conférence de presse une demi-heure plus tard, Jerome Powell, le président de la Fed, sera surtout attendu sur les "dots", autrement dit la synthèse des prévisions des responsables de la banque centrale sur l'évolution des taux d'intérêt, et sur le processus de réduction de son bilan.

"Le marché semble être plus nerveux sur ce dernier point que sur les perspectives de futures hausses de taux, qu'on n'attend plus vraiment cette année", a commenté Michael Hewson chez CMC Markets.

Les dernières nouvelles dans le dossier des négociations commerciales sino-américaines incitent également les investisseurs à délaisser les actifs risqués. D'après une information de presse, qui a pénalisé la séance à Wall Street mardi, certains responsables américains redoutent que les Chinois ne renâclent à satisfaire les demandes de Washington.

Peu après, un responsable de l'administration Trump a confirmé une autre information de presse selon laquelle les principaux négociateurs dans le différend commercial vont se retrouver à partir de la semaine prochaine à Pékin.

Côté indicateurs, les investisseurs n'ont que l'inflation britannique du mois dernier à se mettre sous la dent. L'indice des prix à la consommation est ressorti en hausse de 1,9% sur un an, alors que le consensus Reuters s'attendaient à une hausse de 1,8%.


VALEURS

En Bourse, les incertitudes sur le commerce pénalisent le secteur des ressources de base, en baisse de 2,26%.

L'action Bayer signe la plus forte baisse du Stoxx (-12,55%), des jurés du tribunal fédéral de San Francisco ayant déclaré que le Roundup, l'herbicide à base de glyphosate de Monsanto racheté par le groupe allemand, était un "facteur significatif" dans le déclenchement du cancer d'un résident californien.

A l'inverse, Inmarsat s'envole de 16,72% à la Bourse de Londres après avoir reçu une offre d'achat valorisant l'opérateur britannique de satellites à 3,3 milliards de dollars (2,9 milliards d'euros). Dans son sillage, les concurrents SES et Eutelsat prennent respectivement 1,04% et 2%.

Elior chute de 6,9%, le prix évoqué par plusieurs sources auprès de Reuters pour la cession de ses activités de restauration de concession (Areas) ressortant en-deça des attentes, selon plusieurs analystes.

Toujours à Paris, Total cède 1,96% après la vente par une filiale d'A.P. Moller-Maersk d'une participation dans la compagnie pétrolière pour 51,18 euros par action alors que l'action Total avait clôturé mardi à 51,54 euros.

Par ailleurs, quelques avis d'analystes animent la cote parisienne: Eurofins Scientific recule de 2,28% après la dégradation de Jefferies à "neutre" et Teleperformance gagne 3,49%, Morgan Stanley ayant relevé sa recommandation à "surpondérer".

BMW perd 5,23% après l'annonce d'un avertissement sur son bénéfice imposable annuel et d'un plan d'économies et d'efficacité de 12 milliards d'euros.

UBS cède pour sa part 2,57% après avoir dit prévoir une baisse de coûts de 300 millions de dollars (264,5 millions d'euros) supplémentaires cette année alors que ses revenus ont baissé au premier trimestre dans ses activités de gestion de fortune et de banque d'investissement.


EN ASIE

La Bourse de Tokyo a fini en légère hausse (+0,2% pour le Nikkei)dans un marché peu animé avant la décision monétaire de la Réserve fédérale américaine et à la veille d'un jour férié au Japon.

Les Bourses chinoises ont de leur côté terminé sur une note stable, affaiblies par le retour des craintes sur le commerce.


A WALL STREET

Wall Street a terminé la séance de mardi sur de très faibles écarts, les investisseurs, qui nourrissent l'espoir de voir la Réserve fédérale rester "patiente", ayant été contrariés par les dernières nouvelles sur le front commercial.

L'indice Dow Jones a perdu 0,10%, mettant fin à une série de quatre hausses d'affilée. L'indice élargi S&P-500 a cédé 0,01% et le Nasdaq Composite a pris 0,12%, parvenant à revenir en territoire positif juste avant la clôture.


CHANGES

Avec le retour des incertitudes sur le commerce, le dollar profite de son statut de valeur refuge pour reprendre environ 0,15% face à un panier de devises de référence. Il reste toutefois proche d'un creux de plus de deux semaines en raison des anticipations d'une pause prolongée de la Fed dans ses hausses de taux.

L'euro est stable, à 1,135.

De son côté, la livre recule de 0,3% face à l'euro et au dollar évoluant toujours au gré des annonces sur le Brexit. La Première ministre britannique Theresa May va adresser dans la journée un courrier à ses partenaires européens pour demander une brève prolongation de l'Article 50 du Traité européen afin de parvenir au Brexit, selon la BBC et la chaîne de télévision Sky.


TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans recule légèrement, sous 2,6% avant les annonces de la Fed. En Europe, les variations sont plus limitées: le 10 ans allemand évolue à 0,095%.


PÉTROLE

Les cours du pétrole varient peu, pris entre la réduction de l'offre de brut de l'Opep et les sanctions américaines contre le Venezuela et l'Iran d'une part et les craintes sur le ralentissement de la croissance mondiale d'autre part.

Le baril de Brent est stable à 67,60 dollars et le brut léger américain retombe sous les 59 dollars après avoir touché la veille un pic de quatre mois à 59,57.

Les statistiques hebdomadaires de l'Energy Information Administration (EIA) sur les stocks américains seront publiées à 14h30 GMT.


(Édité par Blandine Hénault)