L'Europe finit en légère hausse, les statistiques US pèsent sur l'euro

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en hausse mardi, portées par deux statistiques américaines supérieures aux attentes bien que les craintes sur la croissance chinoise et le commerce demeurent.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse 0,21% à 5.297,52 points. Le Footsie britannique a gagné 0,69% et le Dax allemand a pris 0,24%.

L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,3%, le FTSEurofirst 300 de 0,24% et le Stoxx 600 de 0,15%.

Les indices européens se sont progressivement retournés à la hausse après la publication d'une accélération plus forte que prévu de l'activité dans le secteur des services aux Etats-Unis en février et de la hausse surprise des ventes de logements neufs.

Ces deux indicateurs américains ont entraîné une hausse du dollar, provoquant un accès de faiblesse de l'euro.

Le climat général était alourdi jusqu'à l'ouverture de Wall Street par la révision à la baisse de l'objectif de croissance de la Chine et par l'annonce d'un ralentissement dans le secteur des services de la deuxième économie mondiale

La Chine a annoncé dans la foulée une série de mesures de relance qui ont permis à son marché boursier de finir en hausse.

L'absence d'avancée sur le volet commercial sino-américain suscite toujours la prudence des investisseurs.

Sean Taylor, responsable des investissements chez DWS, la filiale de gestion d'actifs de Deutsche Bank, a dit espérer que les Etats-Unis et la Chine parviennent prochainement à un accord mais a ajouté que cela ne mettrait pas fin aux tensions entre les deux pays.

"La première phase de la guerre commerciale, sur l'importation par Pékin de produits agricoles américains et l'ouverture aux marchés internationaux, touche bientôt à sa fin. Mais nous prévoyons toujours une seconde phase, qui aura pour thème la propriété intellectuelle et la technologie", a-t-il déclaré.



CHANGES

Le dollar a touché un plus haut de deux semaines face à un panier de devises, après des statistiques américaines supérieures aux attentes qui ont apaisé les craintes d'un ralentissement de la croissance économique du pays.

La progression du billet vert pénalise l'euro, tombé sous 1,13 dollar.

Les cambistes se préparent par ailleurs à la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi. Certains économistes s'attendent à de nouvelles précisions sur l'éventualité de nouvelles opérations ciblées de refinancement de long terme à destination des banques (TLTRO).

"Mario Draghi aura du mal à répondre aux attentes du marché et cela pourrait faire monter l'euro", note Valentin Marinov (Crédit agricole).

De son côté, la livre sterling recule face au dollar et face à l'euro à la suite de propos de John McDonnell, numéro deux du Labour, selon lequel peu nombreux sont les législateurs travaillistes qui soutiendraient l'accord de Theresa May à une semaine d'un triple vote sur le Brexit.



VALEURS

L'indice Stoxx des télécoms a signé la plus forte progression sectorielle avec un gain de 0,71%. Le secteur a bénéficié de la hausse de Vodafone (+2%), le deuxième opérateur mondial ayant annoncé son intention de lever 4 milliards d'euros via des obligations convertibles afin de financer son projet d'acquisition d'actifs européens de Liberty Global.

A l'inverse, les opérateurs télécoms français souffrent en Bourse après une note sévère de Barclays qui leur prédit un avenir incertain et juge une consolidation du secteur nécessaire mais peu probable.

L'intermédiaire a abaissé sa recommandation et ses objectifs de cours sur Iliad (-2,55%) et Altice Europe (-9,34%).

Egalement en baisse, Eurofins Scientific a chuté de 9,94% après l'annonce d'une croissance organique inférieure au consensus et d'un niveau d'endettement supérieur aux attentes.

Le secteur automobile, qui dépend grandement de la demande chinoise, a été sous pression (-0,53%). A Francfort, Continental et Daimler ont perdu respectivement 0,65% et 1,07%.


A WALL STREET

A l'heure de la clôture en Europe, les trois indices majeurs de Wall Street évoluaient sans grand changement: le Dow Jones était stable à 25.821,44 points, le S&P-500 grappillait 0,04% et le Nasdaq Composite cèdait 0,04%.


TAUX

Le rendement de l'emprunt du Trésor américain à 10 ans a touché momentanément 2,75%, un plus haut du jour, après la statistique de l'activité dans le secteur des services.

En Europe, le rendement du Bund allemand de même échéance, taux de référence de la zone euro, a fini proche de l'équilibre à 0,165%.

Le dix ans italien est tombé à un plus bas d'un mois, autour de 2,7%, après l'annonce d'un retour à la croissance du secteur italien des services en février.


PÉTROLE

le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule à 56,50 dollars le baril et le Brent au-dessous de 65,70 dollars en attendant la publication des statistiques hebdomadaires de l'American Petroleum Institute (API) en fin de journée.


LES INDICATEURS DU JOUR

Du coté des statistiques en zone euro, les ventes au détail ont augmenté plus que prévu en janvier et l'activité du secteur privé a accéléré en février tout en restant faible.


A SUIVRE mercredi :

Mercredi, l'agenda macroéconomique sera essentiellement américain avec l'enquête ADP sur l'emploi dans le secteur privé, la balance commerciale et les commandes à l'industrie.


(Édité par Wilfrid Exbrayat)