L'Europe boursière prudente avec les craintes sanitaires

par Blandine Henault
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN ORDRE DISPERSÉ

par Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé et sur de faibles variations lundi dans la matinée après des débuts dans le rouge, tiraillées entre les craintes d'une résurgence de l'épidémie de coronavirus et la perspective d'une ouverture positive à Wall Street.

À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,17% à 4.988,13 points vers 8h50 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,23% tandis qu'à Londres, le FTSE se replie de 0,1%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro, le FTSEurofirst 300 et le Stoxx 600 sont pratiquement stables.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait état d'une hausse record du nombre de cas de contamination au coronavirus dans le monde lors de la journée de dimanche, avec 183.020 nouvelles infections en 24 heures.

L'augmentation la plus importante se situe en Amérique du Nord et du Sud où le Brésil, notamment, recense désormais plus de 50.000 morts. La Guyane française pourrait de son côté être soumise à un "reconfinement" en raison d'une circulation toujours active du virus.

"Une augmentation des nouvelles infections pourrait-elle contraindre les économies avancées à réimposer des mesures de confinement si sévères et si répandues qu'elles ébranleraient la confiance et perturberaient la reprise économique naissante ? (...) Cela reste le principal risque à surveiller pour les perspectives économiques ainsi que pour les marchés financiers", observe Holger Schmieding, économiste chez Berenberg.

Malgré ces craintes, la tendance en Europe est soutenue par la nette hausse observée pour les futures sur les indices américains.


VALEURS

Lanterne rouge du Stoxx 600, le groupe allemand de services financiers Wirecard, en plein scandale d'irrégularités comptables, plonge à nouveau (-35,77%). Le spécialiste des paiements a reconnu lundi que des soldes de trésorerie représentant un montant de 1,9 milliard d'euros pourraient tout simplement ne pas avoir d'existence.

Par ailleurs, Moody's a annoncé vendredi avoir dégradé la note de crédit de Wirecard en catégorie spéculative.

Début de semaine difficile aussi pour la compagnie aérienne Lufthansa (-5,84%) avant une réunion prévue dans la journée entre le milliardaire Heinz Hermann Thiele, le premier actionnaire de Lufthansa, et le ministre allemand de l'Economie au sujet d'un plan de soutien de 9 milliards d'euros pour la compagnie allemande.

A Paris, Arkema grimpe en tête du SBF 120 avec un gain de 4,44%, porté par une information de l'agence Bloomberg selon laquelle le groupe de chimie a contacté des candidats potentiels au rachat de son activité plexiglas.


EN ASIE

Après un début de séance dans le rouge, la Bourse de Tokyo s'est retournée à la hausse avec la tendance positive sur les futures américains avant de céder du terrain à nouveau en fin de journée. L'indice Nikkei a clôturé sur un repli de 0,18%.

A Hong Kong, l'indice HSI a abandonné 0,54% alors que les autorités chinoises ont détaillé samedi leur projet de loi sécuritaire pour l'ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997.


A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains signalent une hausse de l'ordre de 1% à l'ouverture lundi, après une fin de semaine dans le rouge. [.NFR]

Après un début de séance positif, la Bourse de New York a reculé vendredi après l'annonce de la fermeture de plusieurs magasins Apple aux Etats-Unis en raison d'un rebond de l'épidémie due au nouveau coronavirus.

L'indice Dow Jones a cédé 0,8% à 25.871,46 points et le S&P-500 a perdu 0,56%, à 3.097,74 points. De son côté, le Nasdaq Composite a fini quasi-stable (+0,03%) à 9.946,12 points.


CHANGES/TAUX

Le dollar cède une partie du terrain gagné la semaine dernière face à un panier de devises de référence et l'euro en profite pour revenir à plus de 1,12 dollar.,

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans est stable, à 0,7003% et celui du Bund allemand de même échéance est aussi inchangé, à -0,422%.

Les investisseurs obligataires gardent un oeil sur la nomination ce lundi d'un nouveau président et d'un nouveau juge à la Cour constitutionnelle allemande qui pourrait conduire à une position moins conflictuelle avec la Banque centrale européenne (BCE), selon deux sources à Reuters.


PÉTROLE

Les cours du brut se stabilisent après leur repli initial lié aux craintes pour la demande avec celles d'une nouvelle vague épidémique.

Le baril de Brent progresse de 0,3% à 42,31 dollars et celui du brut léger américain (WTI) est inchangé à 39,75 dollars.


(Édité par Laetitia Volga)