L'Europe boursière en hausse, la crainte de l'inflation s'apaise

·3 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs ayant mis de côté leurs inquiétudes concernant l'inflation, rassurés par les multiples interventions des responsables de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, le CAC 40 a gagné 1,54% à 6.385,14 points. Le Footsie britannique a pris 1,15% et le Dax allemand a avancé 1,43%.

L'indice EuroStoxx 50 a fini en hausse de 1,64%, le FTSEurofirst 300 de 1,22% et le Stoxx 600 de 1,19%.

Sur la semaine, ce dernier a perdu 0,54% et le CAC 40 termine à l'équilibre (-0,006%).

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street gagnait entre 0,8% et 1,8%. Le Nasdaq se dirige néanmoins vers une quatrième semaine de baisse consécutive tandis que le Dow Jones et le S&P 500 devraient connaître leur plus forte baisse hebdomadaire depuis février.

La perspective d'une inflation durablement plus soutenue a inquiété les marché car elle fait craindre que la Réserve fédérale ne réduise son soutien à l'économie pour contenir la hausse des prix.

L'insistance de la banque centrale américaine, par le voix de son gouverneur Christopher Waller notamment, sur le caractère temporaire de l'inflation et le maintien de sa politique sur les rachats d'actifs a contribué à calmer les investisseurs sur la fin de semaine.

VALEURS

La quasi-totalité des grands secteurs de la cote en Europe ont évolué en territoire positif, la seule exception notable étant celui des matières premières, dont l'indice Stoxx a reculé de 1,02% avec la baisse des cours des métaux de base.

ArcelorMittal a cédé 0,28% à Paris, la plus forte baisse du CAC, Rio Tinto et BHP ont perdu respectivement 2,68% et 1,29% à Londres.

A la hausse, le secteur de la technologie a repris 2,21%, effaçant la perte de la veille.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les ventes au détail aux États-Unis ont stagné en avril, l'élan provoqué par l'envoi de chèques de relance à plusieurs millions d'Américains s'étant estompé.

La production industrielle américaine a progressé de 0,7% en avril après une hausse de 2,4% le mois précédent, a déclaré la Réserve fédérale.

TAUX/CHANGES

Le chiffre des ventes au détail a contribué à calmer les tensions sur les taux et le dollar, qui ont grimpé mercredi et jeudi à la suite des chiffres supérieurs aux attentes de l'inflation américaine.

Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans recule à 1,6335% et son équivalent allemand a fini en léger repli à -0,12%, après être remonté à la veille au-dessus de -0,1% pour la première fois en deux ans.

La stagnation des ventes au détail "valide le message de la Fed selon lequel toute pression sur les prix induite par la demande sera temporaire, car celle-ci diminuera au fur et à mesure que l'aide fédérale se réduira", a déclaré Steven Ricchiuto, économiste en chef de Mizuho, en faisant référence aux chèques et aux allocations chômage accordés dans le cadre du plan de relance.

Le dollar recule pour sa part de 0,41% face à un panier de devises de référence dont l'euro, à 1,2137 dollar (+0,49%).

PÉTROLE

Le Brent gagne 1,95% à 68,36 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,86% à 65,01 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles