Dans l'Eure, l'"opération cocotte" propose d'adopter une poule pondeuse pour lui sauver la vie

Triste destinée que celle des poules de réforme. Ce sont des poules utilisées dans les élevages industriels pour leurs qualités de pondeuses et envoyées à l'abattoir lorsque leur "carrière" est terminée. Une fin insupportable pour Elizaveta Ben Slama, installée dans l'Eure. Cette Normande très investie dans la cause animale a créé l'opération cocotte pour les sauver de cette mort certaine. "Au bout de 15 mois, le cycle de ponte des poules ralentit et le calibre des oeufs devient irrégulier", explique la jeune femme. "En France, on se sépare ainsi de 65 millions de poules par an. Toute la population des poules pondeuses est décimée une fois par an pour pouvoir les remplacer". Adopter une poule, un geste écolo Chaque année au mois de mai, Elizaveta lance l'opération cocotte. Après avoir racheté un maximum de poules aux éleveurs, elle les place à l'adoption, chez des voisins et des connaissances qui utilisent les gallinacés pour recycler leurs déchets. C'est le cas de David Gallienne, chef du Jardin des plumes, restaurant gastronomique de Giverny. "On est dans une démarche éco-responsable pour trouver des solutions au recyclage de nos épluchures. Nos cocottes font le job. Et ici, la cantine est bonne". Une belle retraite pour ces poules promises à l'abattoir. Le sort des poules de réforme émeut de nombreux défenseurs des animaux, au-delà de la Normandie. Partout dans nos régions, des associations proposent de les sauver de l'abattoir en les adoptant. Installées dans un bout de jardin ou un poulailler, elles sont les nouveaux animaux de compagnie à la mode et permettent de réduire très efficacement les déchets !