Le masque efficace dès 6 ans? Les scientifiques n'en savent pas grand chose

Alix Coutures
·Journaliste
·5 min de lecture
Un enfant portant un masque  (Photo: Un enfant portant un masque )
Un enfant portant un masque (Photo: Un enfant portant un masque )

COVID-19 - Le Premier ministre a tranché: les masques sont désormais obligatoires à l’école à partir de 6 ans, c’est-à-dire à l’école primaire. Le rapport qui a motivé sa décision différente de celle en vigueur depuis le déconfinement? Un avis rendu par le Haut conseil de santé publique (HCSP), mercredi 28 octobre dernier. “Conformément à l’avis que nous a transmis hier le Haut Conseil de santé publique, le port du masque sera étendu aux enfants du primaire dès l’âge de 6 ans”, a annoncé Jean Castex ce jeudi 19 octobre, en évoquant les grandes lignes du reconfinement devant l’Assemblée nationale.

Problème, une semaine après, cet avis n’est toujours pas en ligne. “Il ne sera pas publié avant les prochains jours, voire les prochaines semaines...”, indique au HuffPost le Haut conseil de la santé publique (HCSP).

Le 26 octobre dernier, une note du Conseil scientifique disponible en ligne préconisait le port du masque dès l’âge de 6 ans: “Le port du masque dès l’âge de 6 ans, comme en Espagne, Italie, ou Allemagne, lequel pourrait être d’autant plus encouragé que le masque est par ailleurs porté et que les enfants ont d’importantes capacités d’adaptation”, pouvait-on lire. Peu d’arguments scientifiques concrets viennent toutefois étayer cette décision.

Pour se prononcer, le président du Conseil Jean-François Delfraissy a d’ailleurs indiqué sur le plateau de France Inter le 29 octobre dernier, avoir “consulté son petit-fils de 6,7 ans”. “Il m’a dit que c’était possible donc on va regarder ce qu’il se passe”, a t-il poursuivi.

La décision gouvernementale vient néanmoins clore un débat qui agite médecins et enseignants depuis plusieurs semaines. Fin août, l’annonce de Jean-Michel Blanquer de confirmer le masque obligatoire seulement à partir du collège avait provoqué une levée de boucliers chez les professionnels de santé. Ces derniers plaidaient pour que la rentrée du 2 novembre se fasse masquée dès la classe de CP, en pleine deuxième vague de coronavirus.

Peu d’études consensuelles

Lundi 26 octobre dernier, l’infectiologue Karine Lacombe avait martelé sur LCI que le masque obligatoire dès l’âge de 6 ans était “plus efficace”. “Les enfants peuvent contaminer et il faut agir aussi sur cette tranche de population : masques dès 6 ans, protocole plus strict, aération des salles de classe, voir ce qui se passe dans les cantines (...) Revoir tout ça pour être plus efficace”, a-t-elle notamment soutenu. Les réseaux sociaux s’étaient, eux aussi, enflammés, pour critiquer le protocole sanitaire mis en place par l’Education nationale derrière le hashtag #petitshéros.

Des divisions qui témoignent avant tout du manque d’étude consensuelle au sujet du port du masque à partir de 6 ans. Car la question ouvre sur celle de la contagiosité des enfants, un mystère depuis le début de la pandémie. Le 9 septembre dernier, le HCSP recommandait le port du masque à partir de 11 ans seulement, avant de changer d’avis fin octobre. Il précisait alors que “le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte”.

A la rentrée, la Société française de pédiatrie (SFP) affirmait: “Il y a aujourd’hui consensus sur le fait que les enfants, et en particulier ceux de moins de 10 ans ne contribuent pas significativement à la transmission de Covid-19”. Elle se basait notamment sur une étude coordonnée au printemps par Pr Robert Cohen, portant sur 605 enfants d’Ile-de-France.

Contaminations surtout à l’intérieur

Des conclusions qui ne doivent pas, selon certains médecins, se traduire en arguments contre le port du masque à l’âge de 6 ans. “Même si les enfants s’infectent peu, et sont peu transmetteurs du virus, on va mathématiquement avoir davantage d’enfants contaminés à mesure que l’épidémie accélère (NDLR. grâce au port du masque) a notamment développé Christèle Gras-Le Guen, cheffe du service de pédiatrie du CHU de Nantes, interrogée par Franceinfo ce lundi 1er novembre. Le port du masque permettrait d’éviter les regroupements de cas, et les fermetures de classes.

D’autant que plus récemment, plusieurs études au montré que les enfants étaient aussi contaminants que les adultes. En septembre dernier, une étude indienne publiée dans Science abondait notamment dans ce sens, précisant que les contaminations se faisaient surtout à l’intérieur. Le 30 juillet dernier, une autre étude publiée dans la revue Jama affirmait que les jeunes enfants atteints par le coronavirus étaient bien plus contagieux que les adultes. En analysant en détail 150 patients, les auteurs ont remarqué que l’ADN du virus était 10 à 100 fois plus présent dans les prélèvements nasaux des enfants de moins de 5 ans comparés aux adultes.

Mais il reste difficile, à ce stade, de trancher sur la contagiosité des enfants et sur le port du masque à l’âge de 6 ans, tant la littérature scientifique à ce sujet est rare. En attendant un travail consensuel, la présidente du Groupe de Pédiatrie Générale sociale et environnementale de la Société française de pédiatrie appelle à la vigilance. “Le plus important est que les adultes renforcent leur vigilance sur les gestes de prévention afin de ne pas transmettre l’infection aux enfants et que les enfants contacts d’adultes soient testés”, déclarait-elle dans Ouest France le 30 octobre dernier.

À voir également sur Le HuffPost: Le masque obligatoire pour les élèves ne sera pas fourni par l’État

LIRE AUSSI:

À quelles conditions peut on porter un masque Dim sans risque

Le masque pour les enfants dès 6 ans : comment les aider à le garder

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.