Des lettres et un message caché : d'où vient l'échelle Monoyer utilisée en ophtalmologie ?

·1 min de lecture

Que vous vous rendiez chez l’ophtalmologue pour un suivi régulier ou un simple contrôle de routine, vous aurez remarqué le cérémonial entourant les tests de la vue. Vous recevrez un petit souffle d’air dans l’œil pour vérifier que les réflexes sont toujours là, mais vous serez sans doute aussi amenés à lire des lettres de taille décroissante sur ce que l’on appelle un tableau optométrique. La manière dont vous les déchiffrez permettra de savoir quel est le niveau de votre vue. Cet outil n’a pourtant pas toujours existé : voici son histoire.

>> A LIRE AUSSIOphtalmologie : des gouttes qui corrigent la vue et remplacent lunettes et lentilles de contact

Les symboles avant les lettres

Au 18e siècle, la correction de la vue se faisait de manière assez artisanale. Les personnes souffrant de problèmes de vue devaient effectuer le diagnostic elles-mêmes. Elles essayaient alors des lunettes une à une jusqu’à trouver celles avec lesquelles elles étaient le plus à l’aise. Quelques marchands donnaient des indications, malheureusement très peu fiables, en grattant sur un coin des verres un âge auquel les lunettes étaient les plus recommandées. Ils partaient du principe qu’à une classe d’âge correspondait un problème de vue.

Au milieu du 19e siècle, en Hollande, le docteur Franciscus Donders eut l’idée de prendre une liste de formes standardisées, de les placer à une distance fixe des patients et de leur demander ce qu’ils voyaient. Le principe des tests de vue était né. Pourtant, ...


Lire la suite sur Europe1