La lettre de l’éduc. La France est-elle en guerre contre l’islamisme extrémiste ?

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Chaque semaine, Benjamin Daubeuf, enseignant en histoire-géographie au lycée Val-de-Seine du Grand-Quevilly, commente un article (ou plusieurs) de Courrier international en rapport avec les programmes d’histoire-géographie de terminale et de première spécialité HGGSP. Ce mercredi, la France a-t-elle les moyens de mener une guerre contre le terrorisme islamiste ?

S’inscrire à la newsletter Lettre de l’éduc

À lire aussi: Vu du Royaume-Uni. Comment la France compte-t-elle mener sa guerre contre l’islamisme extrémiste ?

En quoi cet article s’inscrit-il dans le programme ?

L’assassinat de Samuel Paty, enseignant en histoire-géographie dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre dernier, est un traumatisme qui nous touche personnellement mais qui dépasse aussi largement la communauté éducative. Il a été assassiné pour avoir montré à sa classe des caricatures de Mahomet publiées en 2015 dans Charlie Hebdo. Ce professeur, qui enseignait la liberté d’expression, comme le programme le lui demande, est devenu le symbole d’un pays menacé.

Pour le gouvernement, la France est désormais en guerre contre le “séparatisme islamiste”, selon les mots du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. Mais peut-on vraiment parler de guerre ? La France a-t-elle tout mis en œuvre pour espérer sortir vainqueur ce conflit ? C’est la question que se pose Jonathan Miller dans son article pour l’hebdomadaire conservateur The Spectator. Pour lui, le président Macron ne va pas assez loin, et le journaliste britannique évoque des solutions radicales dont il est intéressant de discuter.

Cette nouvelle forme de guerre contre le terrorisme est abordée dans le deuxième thème en histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :