Ma lettre d’amour à l’Europe

Libération.fr

La plupart des candidats à la présidentielle ont fait de l’Europe la cause de tous les maux. L’écrivain, à l’inverse, lui déclare sa flamme. Et propose de nommer un ministre allemand au gouvernement pour rapprocher les Français de l’Union.

Dans cette élection présidentielle, l’écrasante majorité des candidats se sont appliqués à faire de l’Europe un bouc émissaire des difficultés rencontrées dans notre pays. Mettons-nous à leur place. Quelle proie facile pour des candidats en mal de vision. L’Europe. Ce monstre, ce gruyère, cette tour de Babel, cette bête à 27 cornes dont une, encore chaude, vient de rouler dans la sciure. L’Europe. Ce Goliath impuissant sur lequel on peut se déchaîner sans retenue sans craindre même qu’il rende les coups. L’Europe. Cette construction contre-nature, entendez contre la nature de nos patries dont la tradition millénaire consiste à se passer mutuellement au hachoir à viande au son des hymnes nationaux. L’Europe au banc des accusés. Trop libérale, pas assez démocratique, trop tatillonne, pas assez sociale, trop inféodée à ses dogmes, pas assez protégée de ses ennemis, trop timide, pas assez généreuse, l’Europe ne serait-elle finalement que la somme de ses lacunes ?

A cette question, catégoriquement, je répondrai non et ce pour deux raisons. Primo, si la construction européenne est lacunaire et imparfaite, ce que j’admets, cette imperfection ne ressemble en rien à une perversion qu’elle aurait subie avec le temps ou à quelque déviation de son orbite d’origine. L’imperfection ou plutôt, dirons-nous, l’inachèvement est dans la nature même de l’Europe. Hier comme aujourd’hui, aujourd’hui comme demain, l’Europe est un projet qui ne sera achevé qu’à l’horizon de plusieurs siècles. Un projet insensé, celui de nations qui n’ont cessé de se faire la guerre au cours de leur histoire, qui ne parlent pas la même langue, ne partagent pas les mêmes traditions et acceptent cependant de s’asseoir à une même table pour tenter de construire un avenir (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le Danemark replié en son royaume
Recomposer la gauche passe par Mélenchon
Emmanuel Macron ou le jeune, le neuf et le sens de l’histoire
Le candidat d’En marche champion du bloc bourgeois
Pour que le cauchemar ne devienne pas réalité

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages