La lettre à Emmanuel Macron de Nadia Karmel, dont les deux filles ont été tuées par un chauffard

Le 3 avril 2018, Nadia Karmel rentre en voiture avec ses trois enfants sous un violent orage. La famille est presque arrivée à la maison, à Festieux (Aisne). Mais soudain une Maserati vient les percuter violemment. Ses filles, Lila, 3 ans et demi, et Adélaïde, deux ans, ne survivent pas. Son fils Isaac, âgé d’un mois, et elle-même garderont des séquelles à vie. La mère endeuillée témoigne dans un livre (Elles s’aimaient très très fort, Hugo Doc, 17€ euros) qui vient de paraître, juste avant le procès du chauffard qui doit se tenir jeudi.

Ce conducteur, qui roulait selon les expertises à près de 100, 110 ou plus de 140 km/h au lieu de 80, est un récidiviste : son permis de conduire avait déjà été suspendu à deux reprises pour excès de vitesse, le dernier à plus de 50 km/h. Le récit de Nadia, lui, se termine par une lettre ouverte au Président de la République Emmanuel Macron, avec des propositions pour lutter contre les violences routières. Autant de pistes qui méritent réflexion après un mois d’août meurtrier (+17,9% de morts sur les routes par rapport à août 2018).

Voici sa lettre adressée à Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Nicole Belloubet et Elisabeth Borne : 

"Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Madame la Garde des Sceaux, Madame la Ministre, je m’appelle Nadia Karmel et je suis une citoyenne française maman de trois enfants. Il y a un peu plus d’un an maintenant, le 3 avril 2018, sur la route départementale 1044 entre Reims et Laon, j’ai été victime d’...


Lire la suite sur LeJDD