Des hommes armés tués par les troupes éthiopiennes après une attaque dans l'Ouest

·2 min de lecture
DES HOMMES ARMÉS TUÉS PAR LES TROUPES ÉTHIOPIENNES APRÈS UNE ATTAQUE DANS L'OUEST

ADDIS ABEBA (Reuters) - Les troupes éthiopiennes ont affronté des hommes armés impliqués dans une attaque meurtrière dans la région occidentale de Benishangul-Gumuz, tuant 42 d'entre eux et saisissant des armes, a rapporté jeudi la chaîne de télévision publique Fana.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé l'envoi de renforts de sécurité dans cette région à la frontière avec le Soudan, au lendemain d'une attaque qui a fait plus de 100 morts selon la commission éthiopienne des droits de l'homme.

"Le massacre de civils dans la région de Benishangul-Gumuz est vraiment tragique", a déclaré Abiy Ahmed sur Twitter. "Le gouvernement, pour résoudre les causes profondes du problème, a déployé des forces nécessaires."

La tuerie a été perpétrée mercredi à l'aube par un groupe d'hommes armés dans le village de Bekoji, situé dans le comté de Bulen, dans une région régulièrement secouée par des violences ethniques.

Des témoins ont déclaré mercredi à Reuters avoir vu des dizaines de cadavres et avoir été poursuivis par des hommes armés tirant sur les habitants. Les médecins ont soigné des dizaines de personnes blessées par des armes à feu et au couteau, ont dit deux d'entre eux.

Le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique est aux prises avec des flambées régulières de violence depuis l'accession au pouvoir d'Abiy Ahmed en 2018 et l'accélération des réformes démocratiques qui ont relâché le contrôle de l'État sur les rivalités régionales.

Dans le nord du pays, l'armée éthiopienne a mené une offensive le mois dernier contre les rebelles de la région dissidente du Tigré, qu'elle affirme avoir vaincus. Les affrontements ont déplacé plus de 950.000 habitants. La mobilisation des troupes fédérales dans la région a fait craindre un vide sécuritaire dans d'autres zones instables.

(Bureau d'Addis Abeba, version française Laetitia Volga, édité par Jean-Stéphane Brosse)