L'Etat financera bien la LGV Bordeaux-Toulouse

·1 min de lecture

La LGV (Ligne à grande vitesse) entre Bordeaux et Toulouse verra bien le jour. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Jean Castex dans le courrier envoyé le 27 avril à Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie et Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse. Une réponse, selon La Dépêche qui s'est procuré le document, aux demandes des élus concernant cette LGV, alors que l'Etat avait annoncé la semaine passée le financement de celle reliant Marseille à Nice avec une participation d'environ 1,4 milliard d'euros. "Sur cette question primordiale de la construction d'infrastructure à grande vitesse, il ne peut y avoir une France à deux vitesses ! Je demande donc au président de la République un engagement ferme sur le pourcentage de la participation de l'Etat pour les deux LGV en Occitanie, d'autant que celles-ci sont largement plus avancées que Marseille-Nice", grondait la présidente de Région.

Dans sa missive, elle avait mis en avant une "équité territoriale" et un rassemblement de tous les acteurs économiques de la Région pour son développement. La "réponse claire" attendue par Carole Delga est donc arrivée du Premier ministre en personne qui annonce l'engagement de l'Etat à hauteur de 4,1 milliards d'euros dans le projet. Il explique en outre qu'une société de projet impliquant les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, mais aussi les villes de Toulouse et Bordeaux, "sera constituée". Des discussions doivent encore avoir lieu avant la fin de l'été.

>> A lire aussi - Un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La pénurie de diesel au Venezuela ramène les éleveurs à l'âge de la charrue et des bœufs
Le Vietnam se dote d'une milice maritime gigantesque pour faire face à la Chine
Aucun signe de transmission du virus après un concert-test à Barcelone, la France espère avancer
16 pays interdits d'entrée en Islande, dont la France
Désertée, la City de Londres va entamer une transformation de taille