L'esprit de famille (Canal+) : le drame personnel qui a inspiré le film au réalisateur

·1 min de lecture

Casting détonant pour cette comédie familiale pleine de charme qu'est L'esprit de famille, long-métrage signé Eric Besnard, sorti sur les écrans en janvier 2020, et diffusé ce soir sur Canal+. On y suit Alexandre (Guillaume de Tonquédec), un écrivain quelque peu auto-centré, venu passer quelques jours dans la grande maison familiale pour avancer sur son nouveau roman. Comme souvent, il s'embrouille avec son père Jacques (François Berléand). Sauf que ce dernier vient de décéder. Mais son esprit est bien là, et Alexandre est le seul à le voir et donc à lui parler. Un comportement qui inquiète sa mère (Josiane Balasko), sa femme (Isabelle Carré) et son frère... Avec humour et une jolie tendresse, le film aborde les thématiques du deuil, de la filiation, du temps qui passe, du lâcher-prise. Des sentiments qu'Eric Besnard est allé chercher dans son histoire personnelle...

En effet, le réalisateur du film Le goût des merveilles a eu l'idée du scénario après le décès de son propre père (le réalisateur Jacques Besnard, à qui l'ont doit notamment Le grand restaurant avec Louis de Funès, ndlr), et cette idée de comment dépasser le deuil. "Je me suis demandé comment j’allais pouvoir sortir de l’état de "manque" et de "sidération" dans lequel sa disparition m’avait laissé, autrement dit, comment j’allais arriver à dépasser, à "sublimer" ce deuil" raconte-t-il dans un entretien à Senioractu. "Ma névrose première étant d’écrire, assez logiquement, j’ai décidé de m’atteler à un texte dans lequel (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

La Princesse de Montpensier (Arte) : le film de Bertrand Tavernier a failli ne jamais voir le jour
Orange Mécanique sur Salto : les secrets du film le plus sulfureux de Stanley Kubrick
Exclu. Inès Reg (Je te veux, moi non plus sur Prime Video) se confie sur le sale coup fait par un ex : "Ma pire histoire"
La forme de l'eau (Disney+) : comment ont-ils créé la créature ?
Michael J. Fox se confie sur les ravages de la maladie de Parkinson sur sa carrière : "J'avais 29 ans, on m'a dit que je pourrais travailler 10 ans"