L'Espagne veut assouplir sa politique migratoire pour faire face à la pénurie de main d'œuvre

Le gouvernement espagnol prévoit de modifier la loi sur l’immigration pour booster le marché du travail. Une régularisation à la carte selon les besoins dans certains secteurs professionnels. Près de 109 000 postes sont à pourvoir en Espagne et des centaines de milliers d’immigrés espèrent obtenir des papiers en règle.

Confrontées au manque de main d’œuvre, les autorités espagnoles veulent renouer avec une immigration à la carte. En 2008, le socialiste José Luis Zapatero avait procédé à une régularisation massive. Cette fois-ci, Pedro Sanchez reprend l’idée, mais de façon plus sélective, rapporte notre correspondant à Madrid, François Musseau.

Il manque cruellement de la main d’œuvre dans les services, l’agriculture, la construction et l’hôtellerie, alors il envisage sérieusement de recourir à trois mécanismes afin de combler ces manques. La pénurie de main d'œuvre menace également des projets de plusieurs milliards d'euros financés par l'Union européenne pour relancer l'économie espagnole, la plus durement touchée de la zone euro par la pandémie de Covid-19.

Régulariser des immigrés

Tout d’abord, le gouvernement veut régulariser les immigrés qui se trouvent sur le territoire et qui pourraient occuper ces fonctions. Ensuite, il veut faire davantage appel à des pays d’origine, un peu comme c’est déjà le cas avec le Maroc dont des ressortissants travaillent dans les champs de fraise en Andalousie. Et enfin, le troisième axe serait de permettre aux étudiants étrangers disposant d’un permis de séjour d’obtenir un permis de travail.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles