L'Espagne rappelle son ambassadrice en Argentine après des propos polémiques du président Milei

Le gouvernement espagnol a annoncé dimanche 19 mai qu'il rappelait jusqu'à nouvel ordre l'ambassadrice d'Espagne en Argentine, accusant le président argentin Javier Milei d'avoir « insulté l'Espagne » et son Premier ministre Pedro Sánchez lors d'un discours à Madrid, lors de la convention « Europa Viva 24 » organisée par le parti d'extrême droite espagnol VOX, dont il était l'invité d'honneur.
.

Dans une déclaration solennelle, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a également indiqué que Madrid « (exigeait) des excuses publiques » de la part de M. Milei, à la suite de propos polémiques tenus par le chef de l'État argentin quelques heures plus tôt sur l'épouse de M. Sánchez.

Durant le congrès de VOX, le président argentin, coutumier des phrases choc et en conflit ouvert depuis plusieurs semaines avec le gouvernement espagnol, a attaqué dans des termes très offensifs les partis de gauche, comme il en a l'habitude, mais s'en est aussi pris à la femme du Premier ministre, Begoña Sánchez, l'accusant d'être « corrompue », sans toutefois la nommer. « Les élites mondiales ne réalisent pas à quel point la mise en application des idées du socialisme peut être destructive », a-t-il dit dans ce discours. « Elles ne savent pas le type de société et de pays que cela peut produire et le type de gens accrochés au pouvoir et le niveau d'abus que cela peut générer », a-t-il poursuivi. Et d'ajouter : « quand vous avez une femme corrompue, vous vous salissez et vous prenez cinq jours pour y réfléchir ».

Des excuses publiques exigées


Lire la suite sur RFI