L'Espagne met en place la gratuité des trains de banlieue et de certaines lignes régionales

À partir du 1er septembre et jusqu’au 31 décembre, les autorités espagnoles rendent les transports gratuits dans les trains de banlieue et sur certaines lignes régionales. La ministre des Transports, Raquel Sanchez, en parle comme d’une grande mesure pour les économies d’énergie, l’idée étant de pousser les gens à utiliser le train, au lieu des voitures. À Madrid, le plus grand système ferroviaire du pays, l’initiative plait, mais génère des doutes

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Économiquement, la mesure est évidement avantageuse et des milliers de personnes essayaient ces jours-ci d’obtenir le coupon dans la gare d’Atocha, avec plus ou moins de fortune. Ce même coupon qui permet la gratuité sur les déplacements ferroviaires.

Alejandro, habite à Mostoles, dans la banlieue sud et chaque jour, il vient à Madrid pour travailler dans un restaurant. Il voit dans cette mesure la fois du positif et du négatif. « Tout ce qui permet d’économiser est bienvenu. Mais il ne faut pas oublier que la gratuité des transports sera financé par nous les citoyens. Car il faudra bien le payer tout cela », estime-t-il.

Il s'agirait, d'après Alejandro, d'un faux cadeau donc, puisque cette gratuité provient des impôts des Espagnols. Mais ce n’est pas le seul bémol manifesté par les Madrilènes. Laura, infirmière dans un hôpital, a aussi recours au train de banlieue chaque jour. Elle pense aux investissements que cela va supposer. Pour le reste, elle y voit une mesure opportune.


Lire la suite sur RFI