L'Espagne légalise à son tour l'euthanasie

par Emma Pinedo
·2 min de lecture
L'ESPAGNE LÉGALISE À SON TOUR L'EUTHANASIE

par Emma Pinedo

MADRID (Reuters) - L'Espagne est devenue jeudi le quatrième pays de l'Union européenne à légaliser l'euthanasie et le suicide assisté pour les personnes souffrant de maladies graves et incurables.

Le Congrès des députés a adopté définitivement une loi en ce sens par 202 voix pour, 141 contre et deux abstentions.

La législation espagnole prévoyait jusqu'à présent une peine de 10 ans de prison en cas d'assistance au suicide.

"Aujourd'hui est un jour important: nous progressons vers la reconnaissance des droits humains. Nous progressons vers une société plus humaine et plus juste", a dit la ministre de la Santé, Carolina Darias, devant les députés.

Cette nouvelle loi s'applique aux adultes résidant en Espagne.

Elle entrera en vigueur à l'issue d'un délai de trois mois destiné à permettre l'installation de comités régionaux chargés d'examiner et de valider les demandes d'euthanasie et de suicide assisté.

La Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas ont déjà légalisé l'euthanasie. Un projet en ce sens au Portugal a été freiné lundi par une décision de la plus haute juridiction du pays qui a déclaré anticonstitutionnelle la loi votée par le Parlement.

A Madrid, partisans et adversaires de la loi ont manifesté aux abords du Congrès des députés, la chambre basse du Parlement espagnol, durant le débat et le vote.

La nouvelle législation suscite une vive opposition au sein des mouvements conservateurs et religieux et le parti d'extrême droite Vox a annoncé qu'il déposerait un recours devant la Cour constitutionnelle.

D'après un sondage datant de 2019, près de 90% des Espagnols sont favorables à une dépénalisation de l'euthanasie.

Le sujet a pris une dimension nouvelle en 1998 en Espagne lorsque Ramon Sampedro, tétraplégique, a fait filmer son suicide assisté après avoir perdu une longue bataille judiciaire pour obtenir le droit de mourir. Son histoire a été adaptée en 2004 au cinéma dans le film Mar Adentro d'Alejandro Amenábar, Oscar du meilleur film étranger.

Lui aussi tétraplégique depuis un accident de voiture à l'âge de 19 ans, Rafael Botella, maintenant âgé de 35 ans, a dit son soulagement à Reuters, avant le vote des députés, de pouvoir désormais avoir le choix de mourir s'il en éprouvait un jour le besoin.

"Si pour une raison ou une autre, quelqu'un est fatigué de la vie, personne n'a le droit de lui dire: 'Non, tu vas vivre parce que mes électeurs ou mon idéologie disent le contraire'", a-t-il dit.

(Emma Pinedo; version française Bertrand Boucey)