Lesbos-Bruxelles : une course de 3 000 km pour dénoncer le sort des migrants et la fermeture des frontières

Laxmi Lota
Lesbos-Bruxelles : une course de 3 000 km pour dénoncer le sort des migrants et la fermeture des frontières

Ils ont parcouru 3 000 km entre Lesbos, l'île grecque où s'entassent les migrants qui traversent la Méditerranée, et Bruxelles, la capitale belge pour aller à la rencontre des migrants et des citoyens européens. Ces 25 coureurs belges ont franchi la ligne d'arrivée installée, symboliquement, sur l'esplanade du Parlement européen dimanche 16 avril.

Leur collectif, Human's welcome, est né d'une colère en 2015, lorsque le Premier ministre nationaliste hongrois a décidé de faire construire un mur pour repousser les migrants. "Viktor Orban érigeait des barbelés à ses frontières alors que l'Europe n'avait plus de frontières, donc j'ai trouvé cela inacceptable", se souvient Valter Iurlaro, l'ingénieur qui est à l'initiative du projet.


Interpeller les pouvoirs publics sur la situation des migrants

La colère est devenue une cause et l'objectif du groupe, à travers cette course sur la route des Balkans, est d'interpeller les pouvoirs publics et les citoyens sur la situation des migrants bloqués dans certains pays et sur la notion de frontière. Leur périple de 15 jours a été un voyage physique et surtout émotionnel.

Fabian Poletto, l'un des participants, a été frappé par l'accueil des migrants : "Lors de notre passage dans l'un des camps, on a été invité à boire un thé avec eux. Ils avaient quelques croissants et ils ont absolument voulu qu'on reparte avec ces croissants", raconte-t-il.



Des cartes, des photos et un film

Sur leur chemin, les coureurs ont distribué des cartes blanches aux migrants et aux Européens qu'ils ont rencontrés pour qu'ils rédigent quelques mots. Ces cartes ont été lues à haute voix lors de l'arrivée des coureurs à Bruxelles ce dimanche.

"Les gens ont écrit ce qu'ils ressentaient, leur sentiment par rapport au fait d'être bloqué, leur envie de plus d'humanité", détaille Bénédicte Moyersoen, professeur d'alphabétisation et membre de (...) Lire la suite sur Francetv info

Au lendemain du référendum en Turquie, le pays "est divisé en deux"
Turquie : le "oui" sortirait vainqueur du référendum
DOCUMENT FRANCE 2. Le Ghana, cimetière des ordinateurs
Bangladesh : un Français disparu
Urbi et Orbi : le pape François appelle à la paix

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages