L'ESA lance sa campagne de recrutement : "Il ne faut pas se le représenter comme une montagne", conseille Thomas Pesquet

franceinfo
·1 min de lecture

L'appel de l'espace. L'Agence spatiale européenne (ESA) cherche ses futurs astronautes. Pour la première fois depuis 11 ans, l'ESA lance une nouvelle campagne de recrutement qui s'ouvrira le 31 mars prochain et dont la présentation a lieu mardi 16 février. Cette campagne montre que l'Europe "est présente sur le front de la conquête spatiale", assure l'astronaute français Thomas Pesquet, que franceinfo a pu interviewer.

Recruté en 2008 parmi 8 000 candidats, Thomas Pesquet attend de cette campagne qu'elle soit "plus représentative de la société". "On n'a jamais eu la parité, mais il n'y jamais eu beaucoup de candidates, 15% maximum, déclare-t-il. On essaie d'en avoir plus." Cette campagne pourrait aussi être l'occasion d'intégrer dans l'ESA, et d'envoyer dans l'espace, une personne qui serait en situation d'handicap.

"Aucune épreuve n'est insurmontable"

Thomas Pesquet a tenu à dédramatiser le processus qui débutera à la fin du mois de mars. "Il ne faut pas se le représenter comme une montagne, il faut s'inscrire et faire de son mieux. Puis advienne que pourra", assure-t-il.

"Si on rate, ce n'est pas grave. Ce qui est grave, c'est de ne pas faire de son mieux. Il faut mettre toutes les chances de son côté."

Thomas Pesquet

à franceinfo

Le spationaute français donne quelques conseils à ceux qui seraient tentés par l'aventure : être modeste et humble, se renseigner sur la conquête spatiale. "Il faut avoir un niveau raisonnable dans beaucoup de domaines et de disciplines. Ce qui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi