Aux États-Unis, les manifestations pour George Floyd continuent, des couvre-feux décrétés

Jade Toussay

ÉTATS-UNIS - Ni les appels au calme, ni les menaces de Donald Trump d’envoyer l’armée, n’auront suffi à calmer la colère après la mort de George Floyd. Ce samedi 30 mai, pour le deuxième jour consécutif à l’échelle nationale, les manifestations se sont poursuivies dans une trentaine de villes des États-Unis, avec des couvre-feux décrétés à Los Angeles, Chicago ou encore Seattle.

Les manifestations, limitées de mercredi à jeudi à Minneapolis où George Floyd a été tué lundi dernier, ont continué ce samedi dans la journée, pacifiquement pour certaines, émaillées de violences pour d’autres. Partout les manifestants ont dénoncé les bavures policières qui frappent les Noirs de manière disproportionnée.

Deux SUV de police foncent dans la foule à Brooklyn

À New York, deux voitures de police ont été filmées fonçant sur un groupe de manifestants dans le quartier de Brooklyn, comme vous pouvez le voir sur les images en tête d’article. Quelques heures auparavant, une femme et sa sœur avaient été interpellées après un jet de cocktail molotov dans une voiture de police.

À Houston, la ville d’origine de George Floyd où il doit être inhumé, une manifestante s’est dite “fatiguée, écœurée” de voir ses “frères et sœurs mourir aux mains de la police”. “Mon frère a été abattu, par erreur, par la police de Houston et la justice n’a jamais été rendue”, a confié cette mère de famille à l’AFP.

À Los Angeles, cinq policiers ont été blessés et plusieurs centaines de personnes arrêtées lorsqu’une manifestation pacifique a dégénéré avec, là aussi, des banques et des commerces incendiés et des pillages, surtout dans les magasins de luxe de Beverly Hills. Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a condamné ces violences, estimant que “manifester contre les brutalités policières est un droit mais que cela ne peut pas s’accompagner d’actes de violence”.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post