Les terrasses éphémères à Paris vont devenir "estivales" et payantes

·1 min de lecture
Les terrasses éphémères à Paris vont devenir "estivales" et payantes
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

TERRASSES - Autorisées lors du déconfinement du printemps 2020 pour les bars et restaurants de Paris, les terrasses éphémères et gratuites ne le seront bientôt plus. Elles vont être pérennisées pour devenir “estivales” et payantes à partir du 30 septembre a annoncé Franck Delvaux, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie Paris-Île-de-France (UMIH) à France Bleu. La mairie de Paris présente ce lundi 7 juin sa réforme durèglement des étalages et des terrasses” (RET).

“Ces terrasses éphémères ne vont plus s’appeler éphémères, mais estivales, puisqu’une des annonces sera la pérennisation de ces terrasses pour cette année et les années suivantes” s’est félicité le président de l’UMIH. Il précise qu’elles pourront ouvrir “du 15 mars au 15 octobre chaque année” et seront contraintes de baisser le rideau chaque soir à 22 heures pour ne pas gêner les riverains. La mairie de Paris a précisé ensuite que ce serait pérennisé jusqu’au du 1er avril au 31 octobre.

Une aubaine pour les professionnel du secteur car “c’est vraiment l’art de vivre. C’est ce qui fait venir les touristes à Paris”. “On a négocié depuis de nombreuses semaines, voire plusieurs mois, avec la mairie de Paris. On peut dire qu’on arrive à un résultat qui nous satisfait pleinement. Il y avait besoin de les réglementer”.

Redevance à partir du 30 septembre

Exonérés de droits cet été, les restaurateurs propriétaires de terrasses estivales et “historiques” devront s&...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles