Moscou dit ne pas projeter de nouvelles bases en Syrie

Des membres de la milice kurde syrienne YPG. La Russie n'a pas le projet d'implanter de nouvelles bases militaires en Syrie, a assuré lundi le ministère de la Défense à Moscou, alors que la milice kurde YPG avait annoncé avoir conclu un accord avec les Russes pour qu'ils disposent d'une nouvelle base dans le nord-ouest de la Syrie. /Photo d'archives/REUTERS/Rodi Said

BEYROUTH (Reuters) - La Russie n'a pas le projet d'implanter de nouvelles bases militaires en Syrie, a assuré lundi le ministère de la Défense à Moscou, alors que la milice kurde YPG avait annoncé avoir conclu un accord avec les Russes pour qu'ils disposent d'une nouvelle base dans le nord-ouest de la Syrie.

"Il n'existe aucun plan de déploiement de nouvelles bases militaires russes sur le territoire syrien", a affirmé le ministère de la Défense russe.

Un porte-parole de la milice kurde syrienne avait annoncé un peu plus tôt que les troupes russes implantaient une nouvelle base militaire dans la localité de Kafr Jina située dans la province d'Afrin, en accord avec l'YPG (Unités de protection du peuple).

Cette base militaire "entre dans le cadre de la coopération contre le terrorisme", avait dit à Reuters Redur Xelil, porte-parole de l'YPG, milice dont Ankara cherche à contrer la progression territoriale et dans laquelle il voit une extension du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), actif dans le sud-est de la Turquie.

L'accord sur la base a été conclu dimanche, et les forces russes vont dans ce cadre-là fournir aux miliciens kurdes une formation militaire, a-t-il continué.

Les troupes russes sont déjà arrivées à l'emplacement de la base, avec des véhicules de transport de troupes et des véhicules blindés, précise-t-il, sans vouloir dire combien d'hommes Moscou y a dépêchés.

"La présence russe(...)découle d'un accord entre l'YPG et les forces russes qui opèrent en Syrie, dans le cadre de la coopération contre le terrorisme et dans le but de former nos combattants aux armes modernes, tout en établissant un point de contact direct avec l'armée russe", a déclaré Redur Xelil, soulignant qu'il s'agit du "premier accord de ce genre".

La milice YPG contrôle une bonne partie du nord-est de la Syrie, mais aussi, dans le Nord-Ouest, la poche d'Afrin, proche de la Turquie.

L'YPG est alliée aux Etats-Unis dans la lutte contre l'Etat islamique et joue un rôle essentiel dans l'offensive contre le grand bastion urbain de l'EI qu'est la ville de Rakka.

La Turquie a lancé fin août dernier une offensive dans le nord de la Syrie, baptisée "Bouclier de l'Euphrate", afin de repousser les djihadistes de l'EI mais aussi de freiner la progression territoriale de l'YPG.

(Tom Perry à Beyrouth, Alexander Winning et Tatiana Oustinova à Moscou; Eric Faye pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages