Les résultats de Parcoursup après le confinement, une expérience doublement angoissante

Lea Nicosia
Le 19 mai, les lycéens découvraient leurs affections sur Parcoursup. 

PARCOURSUP - Les établissements scolaires et universitaires sont toujours fermés mais la plateforme Parcoursup elle, fonctionne encore. Depuis le 19 mai, 17h, toute personne souhaitant poursuivre des études après le bac a pu découvrir ses premiers résultats en ligne. 

Malgré le confinement, le fonctionnement de la plateforme d’admission post-bac restait le même. Les élèves ont pu entrer jusqu’à 10 voeux ainsi que des sous-voeux pour certaines formations. À l’annonce des premiers résultats, la ministre de l’Enseignement supérieur annonçait sur France Inter que 71.000 candidats avaient déjà accepté une première proposition mardi soir. 

Comme chaque année, certains ont découvert que leurs voeux étaient refusés ou qu’ils étaient placés sur liste d’attente. Pour ceux-là, les résultats sont encore plus angoissants que d’ordinaire puisqu’ils n’ont pas été accompagnés de la même manière que les années précédentes par leurs professeurs. 

Du mal à conseiller les élèves

Chaque année, lorsque les élèves découvraient leurs résultats sur la plateforme d’admission post-bac, ils pouvaient en effet se tourner vers leurs professeurs en classe les jours suivants. 

Cette année, ils doivent attendre que leurs enseignants répondent au téléphone. Sophie Vénétitay, professeure de sciences politiques auprès de terminales ES dans l’académie de Versailles, explique que ses élèves se sont déjà tournés vers elle avec de nombreuses questions auxquelles elle n’a pas toujours les réponses. 

“C’est compliqué de leur répondre, certains résultats sont parfois incompréhensibles. Cette année, difficulté supplémentaire, nous n’étions pas au plus près des élèves pour les conseiller ces deux derniers mois”, explique la Secrétaire générale adjointe du Snes (Syndicat national des enseignements de second degré).

D’après les syndicats lycéens, c’est précisément le fait que les professeurs n’étaient pas présents physiquement auprès de leurs élèves qui rend cette situation anxiogène.

Interrogé par le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post