Les pertes civiles incitent l'armée à marquer une pause à Mossoul

par Patrick Markey
Les forces gouvernementales irakiennes ont une nouvelle fois stoppé leur offensive dans la partie occidentale de Mossoul où sont retranchés les combattants de l'organisation Etat islamique. /Photo prise le 25 mars 2017/REUTERS/Suhaib Salem

par Patrick Markey

MOSSOUL (Reuters) - Les forces gouvernementales irakiennes ont une nouvelle fois stoppé leur offensive dans la partie occidentale de Mossoul où sont retranchés les combattants de l'organisation Etat islamique, en raison du nombre élevé de pertes civiles constaté ces derniers jours, a-t-on appris auprès d'un porte-parole.

Selon des habitants qui ont fui les zones de combat, l'armée irakienne et la coalition conduite par les Etats-Unis ont détruit plusieurs bâtiments faisant des dizaines de victimes parmi les civils. Les civils sont également menacés par les djihadistes qui les utilisent comme boucliers humains dans la vieille ville de Mossoul.

"Le nombre élevé de morts parmi les civils dans la vieille ville nous a forcés à arrêter nos opérations pour revoir nos plans", a déclaré un porte-parole de la police fédérale. "Nous devons à présent réfléchir à de nouveaux plans et à de nouvelles tactiques", a-t-il dit.

Les Nations unies ont fait part de leur préoccupation concernant des opérations militaires qui ont fait le 17 mars des dizaines de morts et de blessés dans le quartier d'Al Djadidah contrôlé par l'Etat islamique.

"Nous sommes abasourdis par le nombre effrayant de pertes de vies humaines", a commenté Lise Grande, coordinatrice humanitaire pour l'Irak, dans un communiqué.

Cet incident meurtrier pourrait être le résultat de frappes aériennes de la coalition pro-gouvernementale.

L'armée américaine a annoncé samedi qu'une enquête a établi qu'à la demande des forces de sécurité irakiennes, la coalition sous commandement américain avait frappé des combattants et des équipements de l'EI "à l'endroit correspondant à celui où ont été signalées les pertes civiles".

Le commandement central américain a précisé dans un communiqué qu'il prenait ces informations très au sérieux et qu'il menait une enquête officielle "pour établir les circonstances entourant cette frappe et la validité des affirmations sur les pertes civiles".

Des responsables de la défense civile et des habitants affirment que de nombreuses personnes sont été ensevelies sous les décombres d'immeubles effondrés après que les frappes visant les djihadistes ont provoqué une puissante explosion.

La cause exacte de l'effondrement des immeubles n'a pas été établie de manière précise mais un député et deux habitants ont expliqué que les frappes aériennes pourraient avoir touché un camion de l'EI rempli d'explosifs, détruisant plusieurs bâtiments dans un quartier densément peuplé.

Aucun bilan précis de cet incident n'a été fourni mais le chef de la défense civile, Mohammed al Jawari, a annoncé que les équipes de secours avaient récupéré les corps de 40 personnes dans les décombres.

(Patrick Markey, avec Ahmed Rasheed et Alaa Mohammad in Bagdad, Nicolas Delame pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages