Les persécutions contre les chrétiens à un niveau record dans le monde

Les violences et persécutions contre les chrétiens ont de nouveau progressé en 2018, en particulier dans les pays du nord de l’Afrique où la pression exercée par des gouvernements ou des mouvements islamiques est forte, affirme Porte ouvertes, une organisation non gouvernementale (ONG) protestante. /Photo d'archives/REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

STRASBOURG (Reuters) - Les violences et persécutions contre les chrétiens ont de nouveau progressé en 2018, en particulier dans les pays du nord de l’Afrique où la pression exercée par des gouvernements ou des mouvements islamiques est forte, affirme Porte ouvertes, une organisation non gouvernementale (ONG) protestante.

Le constat se fonde sur l’index mondial de la persécution des chrétiens, toutes obédiences confondues, un baromètre établi chaque année par l’association à partir des remontées d’informations locales et de sources médiatiques. Un nombre de points est ensuite attribué à chaque cas recensé, vérifié et classé, selon qu’il relève de la violence ou de l’oppression.

"Le niveau de points total des 50 pays de l’index n’a jamais été aussi haut : 3.522 points contre 3.429 l’année précédente, soit une augmentation de 2,7%. On assiste depuis six ans à une augmentation constante du niveau de persécution contre les chrétiens dans le monde", affirme Portes ouvertes dans l’édition 2019 de l’Index, publiée mercredi.

"C’est comme un lac qui serait plus profond et plus large. C’est comme si la digue s’était rompue, notamment en Afrique", a estimé Michel Varton, directeur de Portes ouvertes France, lors d’une conférence de presse à Strasbourg.

Plus de 245 millions de chrétiens, soit un sur neuf dans le monde, subissent violences ou discriminations, selon l’index.

Le niveau de persécutions augmente ou reste à un niveau très élevé dans la plupart des pays entourant la zone saharienne, Libye, Somalie, Erythrée, Centrafrique, Mauritanie, Soudan, Mali ou Algérie.

Ce dernier pays est crédité de la plus forte progression de l’index, passant en un an de la 42e place à la 22e et d’un total de 58 points à 70. Si la violence contre les chrétiens y reste contenue, les discriminations dans la sphère ecclésiale, sociale et familiale y sont pointées du doigt.

"Les autorités ont beaucoup de mal à nous accepter", a déclaré lors de la conférence de presse Youssef Ourahmane, vice-président de l’église protestante d’Algérie, mettant en cause "une pression des islamistes au sein du gouvernement et en dehors".

Cette église, née dans les années 80, compterait selon lui quelque 160.000 membres, tous des Algériens convertis et à 99% en Kabylie, une région rétive à l’arabisation comme elle l’a été à la colonisation française.

C’est en revanche au Nigéria que l’on dénombre le plus grand nombre de chrétiens tués en 2018, 3.731 sur un total de 4.305.

Parmi les dix pays en tête de l’index figurent également des pays asiatiques tels que l’Afghanistan, le Pakistan, l’Iran et l’Inde. La Corée du Nord occupe la première place pour la 18e année consécutive.


(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)