Le bilan des violences au Venezuela s'alourdit à 26 morts

A Caracas. Un homme de 23 ans a été abattu mardi lors de manifestations antigouvernementales dans l'Etat de Lara dans l'ouest du Venezuela, portant à 26 le nombre de tués depuis le début des troubles dans le pays, ont indiqué les autorités locales. /Photo prise le 24 avril 2017/REUTERS/Marco Bello

CARACAS (Reuters) - Un homme de 23 ans a été abattu mardi lors de manifestations antigouvernementales dans l'Etat de Lara dans l'ouest du Venezuela, portant à 26 le nombre de tués depuis le début des troubles dans le pays, ont indiqué les autorités.

Orlando Medina a été tué d'une balle dans la tête. Il est décédé sur le coup dans une rue d'El Tocuyo "lors d'une manifestation" aux premières heures de la journée, a déclaré le bureau de la procureure générale Luisa Ortega.

Depuis un mois que durent les protestations violentes contre le président socialiste Nicola Maduro, 15 personnes sont décédées lors de manifestations et 11 au cours de pillages, selon le bilan fourni par les services de la procureure.

Ces derniers n'ont pas précisé l'appartenance politique de l'homme décédé mardi. Selon les médias vénézuéliens, il s'agit d'un sympathisant de l'opposition.

La procureure Ortega a déclaré que quatre adolescents figuraient parmi les personnes tuées, ajoutant que les violences avaient fait également 437 blessés.

"Toute mort fait souffrir, gouvernement ou opposition", a commenté Luisa Ortega.

Militants et médias ont annoncé des bilans plus lourds, qui n'ont pu être confirmés.

Les opposants au président Maduro réclament des élections anticipées, la libération des prisonniers politiques et plus d'autonomie pour l'Assemblée nationale, le parlement monocaméral, où l'opposition est majoritaire.

Le mécontentement est alimenté par la grave crise économique que traverse ce pays de 30 millions d'habitants malgré ses importantes ressources pétrolières.

Le mouvement de contestation est le plus important depuis la vague de manifestations du printemps 2014, qui a fait 43 morts.

L'opposition annonce pour mercredi une marche dans le centre de Caracas. De précédentes tentatives pour rejoindre le centre de la capitale ont été bloquées par les forces de sécurité.

Mardi, des milliers de partisans de Maduro, arborant des chemises rouges, ont défilé dans l'Etat de Falcon en scandant des slogans progouvernementaux et en dénonçant la violence de l'opposition.

"Ils se proclament défenseurs des droits de l'homme et puis ils tuent des gens. Ce sont les mêmes qu'en 2002", a déclaré à la foule le numéro deux du Parti socialiste, Diosdado Cabello, par allusion au coup d'Etat manqué de 2002 contre le président de l'époque Hugo Chavez.

Près de 1.500 personnes ont été arrêtées depuis le début du mois dans le cadre des manifestations et 801 d'entre elles étaient toujours en détention mardi, selon le groupe de défense des droits Penal Forum.

(Andrew Cawthorne; Pierre Sérisier pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages