Les médecins ignorent les effets à long terme sur la santé des Skripal

Les médecins qui ont soigné l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia (photo), victimes d'un empoisonnement début mars dans le sud de l'Angleterre, ont dit ignorer quels seront les effets à long terme de cette agression sur leur santé. /Photo prise le 23 mai 2018/REUTERS/Dylan Martinez (Reuters)

LONDRES (Reuters) - Les médecins qui ont soigné l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, victimes d'un empoisonnement début mars dans le sud de l'Angleterre, ont dit ignorer quels seront les effets à long terme de cette agression sur leur santé.

Skripal, ancien colonel du renseignement militaire russe qui a donné aux services britanniques des dizaines d'agents, et sa fille ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier sur un banc publique de la ville de Salisbury.

Les autorités britanniques ont jugé "hautement probable" que la Russie soit responsable de l'attaque au gaz innervant, provoquant une crise diplomatique sans précédent depuis la fin de la Guerre froide.

Au total, plus de 100 diplomates russes ont été expulsés de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et d'autres pays occidentaux. Moscou, qui dément toute responsabilité dans l'agression, a répliqué par des expulsions croisées.

Se confiant à la BBC, la directrice médicale de l'hôpital de Salisbury où l'ancien agent et sa fille ont été admis a indiqué que le pronostic à long terme était incertain. "La réponse honnête, c'est que nous n'en savons rien", a répondu Christine Blanshard dans une interview diffusée par la BBC.

Se remémorant l'arrivée de leurs deux patients, les urgentistes de l'hôpital de Salisbury ont souligné pour leur part qu'ils avaient d'abord pensé qu'ils ne pourraient pas les sauver. "Tout indiquait qu'ils ne survivraient pas", a dit Stephen Jukes à la BBC.

Dans une interview accordée la semaine dernière à Reuters, Ioulia Skripal, sortie de l'hôpital le 10 avril, six semaines environ avant son père, a souligné que le traitement médical qui a permis son rétablissement avait été "lourd, lent et extrêmement douloureux".

La jeune femme de 33 ans est restée hospitalisée cinq semaines, dont vingt jours dans le coma.

Le personnel médical a également redouté, à la suite de l'hospitalisation d'un policier présentant des symptômes de l'empoisonnement après avoir porté assistance aux Skripal, que bien d'autres victimes affluent. "Nous ne savions alors vraiment pas", déclare Lorna Wilkinson, cadre infirmière de l'établissement, dans ce reportage.

(Alistair Smout; Henri-Pierre André pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles