Covid-19: Les festivals d'été assis sont-ils vraiment des festivals?

Alix Coutures
·Journaliste
·1 min de lecture
Le festival d'Avignon, en plein air, le 18 juillet 2020 (Photo: CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)
Le festival d'Avignon, en plein air, le 18 juillet 2020 (Photo: CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

MUSIQUE - Peut-on concilier l’esprit d’un festival avec des spectateurs assis? Alors que ce jeudi 18 février, le Syndicat des musiques actuelles a annoncé que les festivals d’été ne pourront se tenir qu’avec un limite de 5000 personnes et une configuration assise, nombreux sont les organisateurs de festivals à se demander s’ils parviendront, ou non, à maintenir leur promesse festive de l’été.

Rien n’est moins sûr. Plusieurs festivals ont d’ores et déjà jeté l’éponge, comme celui de Solidays, qui a réuni 228.000 personnes en 2019, ou l’édition 2021 du Hellfest (musique métal). Quant au festival de rock des Eurockéennes, il n’est pas annulé pour le moment, mais son patron Jean-Paul Roland a déjà émis des réserves.

“5000 personnes, assises, et avec distanciation, ça veut dire qu’il faut des gradins de 10.000 places, a-t-il pointé, rappelant que le sondage mené auprès des festivaliers de We Love Green avait montré que 85% des sondés ne viendraient pas en version assise. “On va avoir beaucoup d’annulations”, s’est également inquiété jeudi Tommy Vaudecrane, président de Technopol, l’association de défense des musiques électroniques, à l’issue de l’entrevue avec le ministère de la Culture.

D’autres festivals, en revanche, ont annoncé maintenir leur événement, en transformant leur offre, à l’instar du festival des Vieilles Charues, à Carhaix, qui sera étalé sur dix jours. Ces différentes réactions aux contraintes dictées par Roselyne Bachelot révèlent, en toile de fond, la div...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.