Les dissidents LREM n'ont rien à voir avec les frondeurs de Hollande

Romain Herreros
De gauche à droite, les socialistes

POLITIQUE - Une grappe d’élus issus de la majorité posant fièrement devant le Palais Bourbon pour exprimer leur dissidence: cette image offerte ce mardi 19 mai par les ex-LREM qui composent le 9e groupe à l’Assemblée nationale en rappelle une autre. Il y a cinq ans presque jour pour jour, le 11 mai 2015 précisément, les “frondeurs” du PS posaient quasiment de la même façon, les pancartes en moins

Comme ces socialistes avant eux, les députés dissidents élus sous l’étiquette macroniste reprochent aujourd’hui au gouvernement et à la majorité de s’écarter du projet sur lequel ils se sont engagés devant les électeurs en 2017. Comme les “frondeurs” de François Hollande, ils déplorent une politique trop à droite, plus rigide que ce qui avait été promis par leur candidat à l’élection présidentielle. De quoi faire des membres de ce 9e groupe les héritiers des mêmes “frondeurs”? Si les accusations en traîtrise fusent au sein du parti présidentiel, la comparaison reste assez hasardeuse.  

“Pari stratégique” 

Première différence notable entre les “frondeurs” de la législature précédente et les dissidents d’aujourd’hui: les Benoît Hamon, Alexis Bachelay et autres Aurélie Filippetti n’ont pas quitté leur groupe pour en créer un autre. “Pour nous, l’idée était de peser sur la majorité pour créer un rapport de force obligeant l’exécutif à changer son cap, voire à l’annuler. Notre pari stratégique c’était que nous n’étions pas minoritaires au sein du groupe sur le plan des idées, mais que nous étions rendus minoritaires par la discipline imposée par le fonctionnement de la Ve République”, explique au HuffPost l’ex-député d’Indre-et-Loire Laurent Baumel, ex-chef de file des frondeurs.

Le rapport, idéologique et parfois affectif, avec le parti d’attache est aussi ce qui explique ce maintien au sein du groupe, marquant une différence avec ”Écologie, démocratie et solidarité”. “Le PS c’est un parti qui a une histoire, des traditions, des courants. On a été à la direction, on y a...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post