Les chiffres officiels sur le coronavirus ne reflètent pas l’ampleur réelle de la pandémie

Les chiffres officiels sur le coronavirus ne reflètent pas l’ampleur réelle de la pandémie (Photo d'illustration prise sur la place de la République quasi déserte le 31 mars 2020 à Paris)

INTERNATIONAL - Chaque soir, lors de sa conférence de presse, Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, fait solennellement le point sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en France, comme le font ses confrères dans le monde entier depuis des semaines.

À chaque nouveau décompte de décès et de cas confirmés, les agences de presse et les organismes de santé publique comme l’université John Hopkins, dans le Maryland, mettent à jour leurs cartes et leurs graphiques sur la progression de la pandémie. Les derniers chiffres en date montrent que plus de 14.000 personnes sont mortes en Italie, l’épicentre de l’épidémie en Europe, suivi par l’Espagne et la France. Aux États-Unis, le coronavirus a d’ores et déjà fait plus de victimes que les attentats du 11-septembre.

La semaine dernière, cependant, le discours de Jérôme Salomon a un peu changé. Au lieu de ne communiquer que le nombre total de morts en France, comme il le faisait auparavant, il a précisé que ce décompte quotidien ne comptabilisait que les décès enregistrés dans les hôpitaux, admettant que les chiffres officiels ne “représentent qu’une faible part de la mortalité ” dans le pays. Il a reconnu que “les deux principaux lieux de décès sont l’hôpital et les Ehpad.” 

“Les chiffres seraient sans doute bien plus élevés si l’on additionne les personnes décédées dans les Ehpad et à domicile”, ou qui ne sont pas recensées, a déclaré la semaine dernière Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France.

Cette prédiction s’est malheureusement révélée juste lorsque Jérôme Salomon a communiqué pour la première fois le 2 avril des chiffres encore “très partiels” du nombre de décès dans ces établissements spécialisés: au moins 884 le 2 avril, puis plus de 1400 ce vendredi

Au cours du week-end, le premier ministre, Édouard Philippe, a reconnu que les inquiétudes concernant l’exactitude des données officielles relatives au coronavirus ne cessaient de croître. “Beaucoup de nos concitoyens se...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post