Les centres aérés ouverts pendant le confinement? Le gouvernement temporise

Romain Herreros et Anthony Berthelier
·1 min de lecture
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale ce jeudi 1er avril (Photo: THOMAS COEX via AFP)
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale ce jeudi 1er avril (Photo: THOMAS COEX via AFP)

POLITIQUE - Alors que le tour de vis implique de nombreux sacrifices pour les Français, le gouvernement se serait sans doute bien passé de cette confusion. Ce jeudi 1er avril, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer était invité sur RTL pour évoquer la fermeture des écoles annoncées la veille par Emmanuel Macron. Un passage radio au cours duquel il a répondu à une question posée par une directrice d’un centre aéré installée dans le Nord.

Alors qu’il était admis que les centres de loisirs et centres aérés seraient logés à la même enseigne que les écoles, le ministre a semblé ouvrir la porte à une exception pour ces structures. “Pendant les vacances, nous allons faire en sorte de maintenir des centres aérés ouverts, avec des activités de plein air. Nous allons aussi préparer des vacances apprenantes, comme l’année dernière. Donc, oui, nous avons vocation à ce que cela reste ouvert avec la coopération des collectivités locales”, a-t-il déclaré.

Une déclaration ambiguë relevée par plusieurs médias, qui en ont conclu que les centres aérés “pourront ouvrir pendant ces vacances confinées”, potentiellement pour tous les enfants. Même des élus, à l’image du président PS de la Métropole de Lille, Damien Castelain, l’ont interprété de cette façon, en se demandant s’il ne s’agissait pas d’un “poisson d’avril”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Car au même moment, Jean Castex expliquait précisément l’inverse aux députés. Le Premier ministre invoquait notamment la “forte accélération du virus” ...

À voir également sur Le HuffPost: Confinement: la consommation d’alcool interdite sur la voie publique

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.