Les Bourses timides, les tensions restent en toile de fond

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé vendredi en toute petite hausse sous l'effet de résultats trimestriels diversement accueillis sur fond de recul temporaire des tensions commerciales et géopolitiques.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,11% à 5.315,02 points. Le Footsie britannique a pris 0,09% et le Dax allemand a avancé de 0,22%.

L'indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,12%, le FTSEurofirst 300 de 0,11% et le Stoxx 600 de 0,1%.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 a pris 1,08%, le Footsie 1,18%, le Dax 1,64% et le Stoxx 600 1,19%.

Les indices ont atténué leurs gains au fil d'une séance débutée avec un peu d'appétit pour les actifs risqués après les déclarations de Donald Trump laissant entendre que des frappes en Syrie, en représailles à l'attaque chimique contre la ville rebelle de Douma imputée au régime syrien, pourraient ne pas être imminentes.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé vendredi tous les Etats à "agir de manière responsable" face au risque d'une opération militaire contre le régime de Bachar al Assad, accusé par l'ambassadeur de France à l'Onu d'avoir atteint un point de non-retour.

Dans ce calme précaire, l'actualité des entreprises a repris ses droits avec des publications jugées plutôt sévèrement comme celle de L'Oréal, dont le titre a pris 0,24% après avoir évolué un temps dans le rouge.

Les investisseurs et analystes ont salué une croissance organique du chiffre d'affaires supérieure aux attentes au premier trimestre mais ont tiqué devant les résultats décevants de la division grand public et des effets de change plus importants que prévu.


WALL STREET JUGE SÉVÈREMENT LES RÉSULTATS DES BANQUES

Toujours à Paris, le spécialiste du transport et du stockage de gaz liquéfié GTT a perdu 12,39% après l'annonce de son chiffre d'affaires trimestriel, marqué entre autres par une faible activité dans les services, ce qui a favorisé des prises de bénéfices sur le titre.

A l'opposé, la plus forte hausse du CAC 40 est pour Vinci, qui a pris 2,48% après avoir publié un trafic passagers en hausse au premier trimestre dans les aéroports qu'il exploite.

Ailleurs en Europe, le groupe informatique britannique Sage a plongé de 8,19% après avoir abaissé sa prévision de croissance du chiffre d'affaires annuel à la suite d'un ralentissement des abonnements au premier semestre de son exercice.

Sur le marché des changes, le dollar se stabilise face à un panier de devises de référence, après un gain de 0,2% la veille dans la foulée de la remontée des taux américains.

Le rendement des Treasuries à dix ans recule un peu vendredi, repassant sous 2,83% malgré les propos du président de l'antenne de la Réserve fédérale à Boston, Eric Rosengren, évoquant le scénario d'encore au moins trois hausses de taux cette année en raison du dynamisme de l'économie américaine.

La tendance en Europe a souffert en fin de séance de la réaction négative de Wall Street aux publications, pourtant nullement catastrophiques, de JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo.

A l'heure où les places européennes ferment leurs portes, les grands indices de la Bourse de New York reculent un peu, l'annonce d'une dégradation plus forte que prévu du moral des ménages américains en avril n'ayant rien fait pour les soutenir.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut sont orientés à la hausse et se dirigent vers leur plus forte progression hebdomadaire depuis juillet dernier.


(Édité par Bertrand Boucey)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages