Les Bourses européennes dans le rouge, le M&A anime la cote

par Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Hormis Londres, les principales Bourses européennes évoluent en baisse mardi dans la matinée, pénalisées notamment par la hausse de l'euro, dans une séance par ailleurs animée par plusieurs opérations de fusions-acquisitions à Paris.

L'indice CAC 40 recule de 0,44% à 5.363,3 points à 09h00 GMT et, à Francfort, le Dax plie de 0,23%.

En revanche, le FTSE à Londres avance de 0,06%, tiré par le bond du loueur britannique d'équipements de construction Ashtead (+3,56%) après l'annonce d'un programme de rachat d'actions.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,32%, le FTSEurofirst 300 recule de 0,12% et le Stoxx 600 baisse de 0,15%.

Aux valeurs, Atos bondit de 4,9%, en tête du CAC 40, après son offre d'achat sur Gemalto qui valorise le fabricant de cartes à puces 4,3 milliards d'euros. L'action Gemalto s'envole pour sa part de 32,16%.

Dans la foulée, Worldline, la filiale cotée de paiement d'Atos, chute de 3,68% tandis que le concurrent Ingenico avance de 1,38%, parmi les plus fortes progressions de la cote à Paris.

A l'inverse, l'annonce par Unibail-Rodamco d'un rapprochement avec l'australien Westfield est mal accueillie par le marché : le titre de la foncière européenne chute de 2,14%, lanterne rouge du CAC 40. Les analystes de Kepler Cheuvreux jugent élevé le prix de l'opération, soit 24,7 milliards de dollars.

Eurotunnel (Getlink) (-2,95%) est aussi délaissé après l'annonce d'une baisse de son trafic en novembre.

Ailleurs en Europe, Steinhoff rebondit encore de 35,43% après s'être effondré la semaine dernière à la suite de révélations sur des fraudes comptables présumées.


LE BRENT À PLUS DE 65 DOLLARS

Outre l'actualité des entreprises, les investisseurs attendent aussi plusieurs indicateurs économiques, avec à 9h30 GMT l'inflation au Royaume-Uni pour le mois de novembre et à 10h00 GMT l'indice allemand Zew du sentiment des investisseurs.

Aux Etats-Unis, les prix à la production seront dévoilés à 13h30 GMT avant la publication des prix à la consommation prévue mercredi et la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) attendue dans la soirée.

La banque centrale américaine réunit ce mardi et mercredi son comité de politique monétaire (FOMC), une réunion à l'issue de laquelle une hausse des taux est largement anticipée.

Les investisseurs seront particulièrement attentifs aux prévisions que dévoilera la Fed à cette occasion, et notamment aux "dot plots", les prévisions d'évolution des taux des responsables de l'institution.

Les vues de la présidente de la Fed, Janet Yellen, sur l'inflation, dont elle avait qualifié la faiblesse persistante de "mystère", sont aussi un point d'attention.

La Banque centrale européenne (BCE) et la Banque d'Angleterre doivent quant à elles rendre jeudi leur décision de politique monétaire mais un statu quo est attendu de la part des deux institutions.

Pour l'heure, le dollar est en léger repli face à un panier de devises de référence, se maintenant néanmoins à un plus haut de deux semaines. L'euro progresse notamment de 0,2% pour revenir autour de 1,1790, et la livre sterling avance de 0,1% face au dollar, autour de 1,3350.

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent évolue encore mardi à plus de 65 dollars, un plus haut depuis juin 2015, après l'annonce de la fermeture d'un oléoduc en mer du Nord.

La hausse des cours du pétrole soutient en particulier le compartiment européen du pétrole et gaz (+0,64%) après avoir profité également aux valeurs de l'énergie lundi soir à Wall Street, permettant à la Bourse de New York de clôturer en territoire positif.

En Asie toutefois, la séance s'est inscrite dans le rouge, l'indice Nikkei ayant clôturé en baisse de 0,32% et l'indice composite de la Bourse de Shanghai en repli de 1,24%.


(édité par Véronique Tison)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages